Dissonance cognitive et stress du soignant : un lien à connaître

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°4 - 15 septembre 2021 (page 32-36)

1. Options qu’a un cerveau humain soumis à la dissonance cognitive : 1) On ajoute des valeurs ; 2) On stoppe le comportement ; 3) On trouve des justifications (via les biais cognitifs). Trop céder à ce phénomène de dissonance cognitive diminue le niveau d’exigence initialement fixé, créant ainsi une nouvelle échelle de valeur et même une nouvelle norme : c’est la normalisation de la déviance. Ce schéma nous montre toutefois que la dissonance n’est pas une fatalité et qu’il existe deux autres voies, dont celle de dire « non » en stoppant le comportement déviant.

Information dentaire

La pression à laquelle sont soumis les soignants est une préoccupation qui a pris de plus en plus d’ampleur ces dernières années, notamment du fait de l’évolution de la relation soignant-patient, des avancées des sciences et techniques qui complexifient les pratiques et de la multiplication des tâches administratives [1]. Plus encore que d’autres activités, les soignants sont concernés par l’épuisement professionnel. Un sur deux est ou a été touché par le burn-out au cours de sa carrière [2]. La pandémie de coronavirus en cours exacerbe cette situation à un niveau inédit. Dans ces circonstances, le milieu médical apparaît comme un milieu à sécuriser.

Ce sujet alarmant est de plus en plus documenté (thèses de médecine, études scientifiques, articles) et pose un certain nombre de questions, tant les conséquences peuvent être graves pour les soignants eux-mêmes et leurs patients. Il est ainsi au cœur de l’article du Dr Isabelle Moley-Massol « La relation malade-médecin en souffrance(s) ? » (à lire p. 38 de ce numéro), initialement publié dans un dossier consacré au burn-out des professionnels de santé et pour lequel elle a remporté un Grand Prix éditorial 2020 du SPEPS [1].

Nous savons aujourd’hui que le stress extrême et chronique altère les performances intellectuelles et physiques. La difficulté à dire « non » à certaines demandes de patients et/ou à ralentir quand le soignant se sent à bout de forces peut jouer, dans ce contexte, un rôle déterminant. Les facteurs humains sont en effet la première source d’erreurs en médecine et ce, indépendamment de la compétence du professionnel de santé.

Dans cet article, nous aborderons les effets délétères du stress sur notre organisme, et en particulier le stress lié à la dissonance cognitive et ses conséquences. Ce mécanisme survient lorsque nos actes et nos pensées entrent en contradiction, notamment lorsque nous n’avons pas su dire ou se dire…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Adapter sa stratégie thérapeutique aux caractéristiques de l’infraclusion antérieure

Comme le montrent les différents articles des deux numéros coordonnés par Sarah Chauty consacrés à l’infraclusion antérieure, les orthodontistes disposent...
ODF

Article réservé à nos abonnés Contention de l’infraclusion : vers de nouvelles approches

La stabilité de la correction de l’infraclusion est difficile : croissance résiduelle verticale qui s’exprime en fin d’adolescence, dysfonctions, voire persistance...
ODF

Article réservé à nos abonnés Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu

Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu Cas clinique En 2008, la patiente, âgée de 34 ans,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement orthodontique de l’infraclusie : que pouvons-nous attendre des ancrages osseux ?

Les infraclusies antérieures chez l’hyperdivergent constituent un challenge pour l’orthodontiste (fig. 1 a-c) [1]. Les approches thérapeutiques conventionnelles s’avèrent actuellement peu efficaces chez...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion orthodontique des infraclusions antérieures

Les anomalies de la dimension verticale sont une des composantes essentielles des dysmorphies faciales et sont étroitement liées aux phénomènes...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’infraclusion : point de vue du kinésithérapeute, Hélène Gil

Quelles sont les difficultés de traitement par kinésithérapie de l’infraclusion ou béance antérieure ? Hélène Gil : De nombreux articles [1-2] relatent le rapport...