Distalisation maxillo-mandibulaire en technique linguale dans le cas d’une classe 1

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°43 - 8 décembre 2021 (page 21-25)
Information dentaire

Les traitements orthodontiques sont de plus en plus répandus chez le patient adulte. Des moyens thérapeutiques esthétiques existent, parmi lesquels la technique linguale. Celle-ci a été progressivement intégrée dans l’arsenal thérapeutique de l’orthodontiste. Parallèlement aux innovations concernant les moyens thérapeutiques, la distalisation trouve actuellement sa place dans la gestion de la dysharmonie dento-maxillaire (DDM). Nous allons aborder ici la gestion d’une classe 1 DDM par distalisation maxillo-mandibulaire en technique linguale.

Rubrique coordonnée par Kinz Bayet

Présentation du cas

Une patiente de 20 ans se présente en consultation pour réaliser un bilan orthodontique. Elle n’a jamais été traitée orthodontiquement et souhaite améliorer l’esthétique de son sourire. L’anamnèse rapporte un antécédent d’extraction des 3es molaires.

À l’examen exo-buccal, le visage est symétrique, harmonieux et équilibré. La patiente présente une classe I squelettique normodivergente à tendance hypodivergente. Le sourire est perturbé par une visibilité excessive des canines maxillaires, ce qui correspond au motif de consultation.

L’examen fonctionnel ne rapporte aucune dysfonction ventilatoire, masticatoire, linguale ou des articulations temporo-mandibulaires (ATM). La cinétique mandibulaire est cependant perturbée par un guide antérieur dysfonctionnel (supraclusion antérieure) et une absence de protection canine en latéralités (rotations et mésioversions de 13 et 23).

L’examen intra-arcade met en évidence une hygiène bucco-dentaire irréprochable, favorable à un traitement en technique linguale. Le phénotype parodontal est fin dans la région incisivo-canine mandibulaire. L’encombrement est estimé à 8 mm à la mandibule et à 4 mm au maxillaire (fig. 1). Les arcades ont des formes similaires, en U. Les rapports inter-arcades mettent en évidence une classe 1 d’Angle molaire, une classe 2 d’Angle canine et une supraclusion antérieure (recouvrement : 5 mm ; surplomb diminué). Les milieux inter-incisifs sont déviés entre eux avec une origine mixte (= 1,5 mm) (fig. 2).

La radiographie panoramique et la téléradiographie de profil objectivent (fig. 3 et 4) :

  • un espace rétro-molaire suffisant pour une distalisation ;
  • des axes radiculaires molaires favorables à un redressement ;
  • une classe I squelettique (angle ANB = 3°) ;
  • une normodivergence (angle GoGn/SN = 32°)…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Adapter sa stratégie thérapeutique aux caractéristiques de l’infraclusion antérieure

Comme le montrent les différents articles des deux numéros coordonnés par Sarah Chauty consacrés à l’infraclusion antérieure, les orthodontistes disposent...
ODF

Article réservé à nos abonnés Contention de l’infraclusion : vers de nouvelles approches

La stabilité de la correction de l’infraclusion est difficile : croissance résiduelle verticale qui s’exprime en fin d’adolescence, dysfonctions, voire persistance...
ODF

Article réservé à nos abonnés Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu

Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu Cas clinique En 2008, la patiente, âgée de 34 ans,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement orthodontique de l’infraclusie : que pouvons-nous attendre des ancrages osseux ?

Les infraclusies antérieures chez l’hyperdivergent constituent un challenge pour l’orthodontiste (fig. 1 a-c) [1]. Les approches thérapeutiques conventionnelles s’avèrent actuellement peu efficaces chez...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion orthodontique des infraclusions antérieures

Les anomalies de la dimension verticale sont une des composantes essentielles des dysmorphies faciales et sont étroitement liées aux phénomènes...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’infraclusion : point de vue du kinésithérapeute, Hélène Gil

Quelles sont les difficultés de traitement par kinésithérapie de l’infraclusion ou béance antérieure ? Hélène Gil : De nombreux articles [1-2] relatent le rapport...