Dépistage d’une dysfonction temporo-mandibulaire avant réhabilitation implanto-portée chez l’édenté en secteur postérieur

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°17 - 28 avril 2021 (page 48-60)

7. Gouttière occlusale après décompression et obtention de la position thérapeutique.

Information dentaire

L’implantologie moderne permet, dans une très large majorité des cas, de répondre favorablement aux demandes croissantes des patients concernant la réhabilitation d’un ou de plusieurs secteurs édentés postérieurs. Afin de valider la faisabilité technique et de finaliser le devis, plusieurs facteurs sont à évaluer. L’erreur serait alors d’étudier uniquement les volumes osseux, la qualité des tissus parodontaux, l’occlusion en intercuspidie maximale (OIM) et l’espace prothétique disponible. En effet, ne pas s’assurer que le complexe musculo-articulaire est sain et fonctionnel, et donc que le patient ne présente pas de dysfonction temporo-mandibulaire (DTM), symptomatique ou non, constitue un risque majeur.

Une dégradation de l’état articulaire à court ou moyen terme impose une prise en charge, incluant parfois la réfection des prothèses implanto-portées récemment posées, ré-intervention qui serait mal comprise par le patient et mal vécue par le praticien.

Cet article se propose donc d’aider l’omnipraticien dans le dépistage des DTM, ainsi que d’évoquer les intérêts multiples et les conséquences thérapeutiques qui en découlent pour chacun des diagnostics pouvant être posés.

Nature des édentements postérieurs concernés

Nous considérerons que le dépistage de DTM avant réhabilitation implanto-portée concerne tous les patients ayant perdu au minimum toutes les molaires d’un quadrant, y compris la dent de sagesse. Il s’agit donc des patients présentant des édentements terminaux, dits de classes I et II de Kennedy (fig. 1a-b). Seront également concernés les patients présentant plus largement une perte de calage postérieur (absence de contacts molaires antagonistes).

De plus, nous proposons d’y inclure également les patients déjà réhabilités par une prothèse amovible partielle. En effet, quelle que soit la qualité de la prothèse, il est fréquent d’observer une perte de hauteur prothétique liée à l’usure et/ou à l’enfoncement, ce qui provoque une perturbation de la courbe de Spee et une compression articulaire.

Conséquences des édentements sur l’appareil manducateur

Conséquences musculaires

Tensions musculaires

Une insuffisance de calage en OIM, comme observée quand des molaires sont absentes, entraîne une instabilité de la posture de la mandibule et des contractions musculaires compensatrices.

Asymétrie fonctionnelle

Dans les classes II de Kennedy, l’absence d’une ou de plusieurs molaires engendre une adaptation fonctionnelle musculaire, avec un recrutement différentiel des principaux muscles élévateurs droits et gauches, pouvant provoquer hypertrophie…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Dysfonctionnements temporomandibulaires algiques aigus

Les dysfonctionnements temporomandibulaires (DTM) occasionnent parfois une invalidité et une souffrance qui impactent significativement la qualité de vie des patients...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Coronoplasties occlusales préprothétiques

La problématique de l’équilibration préprothétique n’est pas nouvelle : elle a été décrite par Pline l’Ancien 23 ans après J-C....
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Les papiers marqueurs de l’occlusion (Partie 2)

Bien positionner la tête et le corps du patient Un patient allongé avec la tête en hyperextension n’aura probablement pas...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Équilibration occlusale raisonnée de la prothèse sur implant

Dans notre pratique quotidienne, il est habituel de remarquer des prothèses sur implant(s), unitaires (fig. 1) ou de petite étendue (fig. 2),...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Les papiers marqueurs de l’occlusion (Partie 1)

Généralement regroupés sous le terme de papiers à articuler, de nombreux distributeurs produisent des papiers marqueurs d’occlusion de différentes épaisseurs,...
CFAO Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Nouveaux formats pédagogiques en occlusodontologie grâce à l’outil Modjaw®

Avec les récents progrès technologiques, les méthodes pédagogiques tendent à évoluer pour répondre aux demandes des étudiants et de la...