Désinfection à l’acide hypochloreux : le nouveau gold standard ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°19 - 12 mai 2021 (page 18-25)
Information dentaire

La décontamination résulte toujours d’un nettoyage suivi d’une désinfection. Dans la grande famille des désinfectants, les produits chlorés ont fait leur preuve depuis le XIXe siècle. Malgré une offre abondante en désinfectants, l’hypochlorite, très peu coûteux, a encore une large utilisation dans le milieu médical, et il n’existe aucun produit présentant autant d’avantages à coût égal. Cependant, chacun connaît ses inconvénients liés, en particulier, à sa toxicité et à son goût. Curieusement, parmi les produits chlorés, il en est un largement méconnu du public et des professionnels de santé, et qui pourtant offre un spectre antimicrobien supérieur à celui de l’eau de Javel sans avoir les inconvénients de l’hypochlorite : l’acide hypochloreux. Ce liquide est obtenu grâce à une évolution récente de la technique d’électrolyse. Sa fabrication est simple et économique. Elle peut être domestique ou industrialisée. Elle offre une solution économe et efficace à tous les professionnels de santé qui recherchent un produit polyvalent et facile à produire pour assurer un panel d’interventions allant des soins d’hygiène ou d’antisepsie à la désinfection poussée, même en présence du Sras-Cov-2.

Terminologie française : acide hypochloreux, acide chlorique, hydroxidochlorine, chloranol, hydroxyde de chlore, hypochlorite d’hydrogène, eau électrolysée, eau oxydante électrolysée

Terminologie anglaise : Electrolytically Generated Hypochlorous Acid (FW), Neutral Electrolyzed Water (NEW), Electrolyzed Oxidizing Water (EOW), Electro-chemically Activated Water (ECA), Super-oxidized water (SOW)

L’électrolyse est une technique d’ionisation de l’eau découverte en Russie, dans les années 20. Dans les années 50, la première machine à électrolyse voit le jour au Japon. L’eau ionisée, telle que l’on désigne parfois ce produit, est initialement utilisée pour l’agriculture. Elle se présente principalement sous deux formes, une eau alcaline propre à la consommation et une eau acide aux propriétés antibactériennes. Cette eau, que l’on devrait appeler eau électrolysée, offre une alternative à l’utilisation de produits chimiques désinfectants et présente comme principaux avantages d’être totalement sûre pour l’homme et acceptable pour l’environnement. L’acide hypochloreux est un acide faible instable, à un pH presque neutre, de formule chimique HOCL qui n’existe qu’en solution, où l’atome de chlore est à l’état d’oxydation + 1. Il est formé par dissolution du dichlore dans l’eau à partir de sel d’hypochlorite de sodium (NaClO2). L’acide hypochloreux est une molécule métastable (état instable, dont la vitesse de transformation vers la stabilité est très lente). Il peut revenir à l’eau salée ou se convertir en hypochlorite. HOCl est un oxydant puissant qui est efficace contre les bactéries, les champignons et les virus. Lorsque cette eau électrolysée est alcaline, elle est propre à la consommation et lorsqu’elle est acide elle est indiquée pour la désinfection.

HOCL : un produit de nos cellules de défense

HOCl est fabriqué naturellement chez l’homme et tous les mammifères…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés Les brossettes interdentaires : quand ? comment ? #2

Recommandations du Collège National des Chirurgiens-Dentistes Universitaires en Santé Publique (CNCDUSP) Comment ? Descriptif et normes Afin de répondre au...
Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés Les brossettes interdentaires : pour qui ? Partie 1

Contexte Parmi les pathologies orales, la carie et la maladie parodontale (MP) représentent les maladies humaines à médiation microbienne les...