Du microbiote oral symbiotique au microbiote parodontal dysbiotique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°21 - 27 mai 2020
Information dentaire

La découverte du microbiote humain a profondément modifié notre vision de la biologie. L’être humain n’est pas uniquement constitué de cellules eucaryotes ; la plus grande partie de sa composante cellulaire comprend des micro-organismes, faisant de lui un hybride « primate-microbes » dont l’identité est nécessairement évolutive. Le microbiote oral est une sous-partie du microbiote digestif comprenant environ 1 200 espèces bactériennes et 13 phyla – Actinobacteria, Bacteroidetes, Firmicutes, Fusobacteria, Proteobacteria, Spirochaetes, Chlamydiae, Chloroflexi, Euryarchaeota, SR1, Synergistetes, Tenericutes, TM7 – dont les six premiers regroupent la majorité des bactéries orales [1, 2].

Le microbiote oral se forme pendant les premières années de la vie sous l’influence de nombreux facteurs, génétiques mais aussi environnementaux comme les déterminants périnataux, le type d’alimentation ou l’apparition des dents qui accueillent des espèces particulières [3]. Une fois établi et hors contexte de stress majeur, le microbiote oral reste relativement stable au cours de la vie et se caractérise par une extrême spécificité d’hôte. Ainsi, les variations individuelles intra et inter-phyla le façonnent et le rendent unique tel une empreinte digitale, avec des écosystèmes spécifiques à la cavité buccale (la salive, la face dorsale de la langue, les autres muqueuses et les dents).

Microbiote oral : de la symbiose à la dysbiose

Dans des conditions physiologiques, les micro-organismes constituant ce microbiote entretiennent avec les cellules des muqueuses orales un dialogue moléculaire constamment orchestré par une réponse immune tolérogène (fig. 1a et b). Leurs relations sont naturellement symbiotiques, diversifiées et complexes en raison des interactions réciproques [4]. Grâce à ce processus permanent, les cellules de l’hôte perçoivent non seulement l’identité des micro-organismes, mais également leurs position et densité. L’objectif premier de la réponse de l’hôte est donc bel et bien d’instaurer une inflammation physiologique contrôlée préservant les micro-organismes qu’elle reconnaît comme symbiotiques et détruisant précocement ceux qu’elle ne tolère plus en raison de leur potentiel pathogène. In fine, l’enjeu ultime de la réponse immune est de maintenir les fonctions vitales du microbiote oral [5] : effet de barrière empêchant la fixation des micro-organismes exogènes, implication dans la maturation du système immunitaire et la structure des muqueuses, hydrolyse des sucres végétaux complexes, production de nutriments et de vitamines, détoxification des xénobiotiques alimentaires…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Pathologie

Article réservé à nos abonnés Maladie de Parkinson et prise en charge bucco-dentaire

Recommandations pour la prise en charge au cabinet dentaire Identifier les patients (stade de la maladie, traitements suivis…) en se rapprochant...