Dynamique tissulaire et esthétique implantaire : à propos d’un cas d’extraction, implantation et remplacement immédiat.

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 34-39)
Information dentaire
L’implantation immédiate postextractionnelle présente de nombreux intérêts, tant pour le praticien que pour le patient : une diminution du nombre de séances de soins et de la durée de traitement, une préservation des tissus parodontaux nécessaires à la réhabilitation esthétique du secteur antérieur ainsi qu’une bonne prévisibilité à long terme. Ces avantages font de cette modalité de traitement une stratégie de choix lorsque la thérapie implantaire concerne le secteur esthétique antérieur.

Les dents antérieures sont généralement extraites pour des motifs infectieux ou traumatiques. Dès lors, le praticien se retrouve confronté à un dilemme : implanter immédiatement dans ce secteur ou temporiser, risquant d’assister à une résorption physiologique tissulaire liée à la perte de l’organe dentaire.
Nous avons choisi de présenter ici un cas d’implantation immédiate après extraction d’une incisive centrale maxillaire gauche (21) associée à la réhabilitation esthétique de son environnement parodontal et péri-implantaire dans ce secteur.

Démarche thérapeutique : step by step en un temps opératoire
Situation initiale
Une patiente âgée de 32 ans, en bonne santé générale et non fumeuse, est adressée pour réhabilitation esthétique et fonctionnelle du secteur antérieur, conséquence d’un trauma facial remontant à seize ans, au cours duquel la dent 21 a été expulsée et réimplantée. Dans un souci esthétique, deux couronnes céramo-métalliques ont été fabriquées successivement au cours du déplacement progressif de la dent.
L’examen clinique montre que l’incisive centrale maxillaire gauche (21) est en exfoliation vestibulaire, elle présente une mobilité 2 de sa portion coronaire et interfère dans sa fonction (fig. 1, 2).



On objective, dans la partie la plus apicale du vestibule, la présence d’une zone infectieuse (abcès parodontal) causée, entre autres, par la forte résorption externe de la racine (fig. 3).


L’examen radiographique permet d’observer l’étendue de la résorption radiculaire (fig. 4).


L’examen cone-beam permet de visualiser le volume osseux résiduel exploitable pour une implantation immédiate (fig. 5) malgré une perte de substance évidente.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Association sinus lift et ROG en un seul temps opératoire : cas clinique

Situation initiale Patient de 55 ans adressé pour une augmentation de volume osseux dans le secteur maxillaire postérieur gauche. Les...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés SUI 2024, une rencontre universitaire autour de l’implantologie

Au cours d’une journée très dense, chaque intervenant représentant son Diplôme Universitaire a pris la parole pour présenter un cas...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Préservation alvéolaire : la « Socket Shield Technique »

RÉSUMÉ Les exigences grandissantes des patients nous ont conduits à modifier notre pratique. Le principe de gradient thérapeutique, bien connu...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Intérêts des piliers de cicatrisation Iphysio dans la gestion du profil d’émergence en implantologie

Les critères de succès de l’ostéointégration sont définis depuis des décennies (immobilité de l’implant, pas de radio transparence autour de...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés L’empreinte optique en implantologie

Quelles sont les empreintes nécessaires pour avoir un fichier complet ? Pour enregistrer la position d’un implant, il va falloir...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Greffes osseuses : incontournables ou surtraitement ? La battle

Responsable scientifique : Romain Doliveux Intervenants : Aurélien Thollot, Sepehr Zarrine La perte de l’organe dentaire est toujours suivie d’un remodelage alvéolaire...