Empreintes et moulages en ODF

  • Par
  • Publié le . Paru dans Profession Assistant(e) Dentaire (page 20-25)
Information dentaire
La consultation en ODF requiert la prescription d’examens complémentaires indispensables à l’établissement d’un diagnostic fiable : photographies, radiographies et moulages. Classiquement coulés à partir d’une empreinte prise au cabinet puis examinés par le praticien, leur confection évolue avec les nouvelles technologies en se dématérialisant.

1. Les empreintes
La prise d’empreinte est le premier maillon de la chaîne qui permettra d’obtenir le moulage. Elle est conventionnellement réalisée à l’alginate si la coulée peut intervenir rapidement ou à défaut au silicone (fig. 1) qui permet de différer la coulée sans trop de déformations. Les arcades dentaires doivent être propres et détartrées.

La première étape consiste à choisir un porte-empreinte de taille adaptée qui sera essayé en bouche à vide. Ses bords doivent être régulièrement espacés des arcades et s’insérer entre les arcades et les tissus mous. Il en existe de différentes tailles en plusieurs matériaux : métal ou plastique à usage unique. On s’oriente plutôt actuellement sur l’usage unique qui libère l’assistante d’une tâche de nettoyage et de stérilisation. L’alginate est ensuite malaxé dans les proportions requises grâce aux mesures d’eau et de poudre. Une première enduction digitale est appliquée par le praticien au fond du vestibule pendant que l’assistante charge le porte-empreinte avec le reste de matériau. Puis le porte empreinte est inséré en bouche avec un mouvement vertical légèrement incliné de postérieur en antérieur. Les joues et lèvres sont délicatement massées pour mieux répartir le matériau et le patient tire la langue pour l’empreinte mandibulaire. Au terme du temps de prise recommandé par le fabricant, l’empreinte est désinsérée, rincée, examinée puis décontaminée. L’empreinte doit être exempte de bulles et les retours vestibulaires doivent être correctement enregistrés et sans déchirures. L’assistante doit ensuite l’envelopper dans un emballage étanche puis l’identifier. L’empreinte sera ensuite soit coulée au cabinet soit expédiée au laboratoire d’ODF.

2. Le moulage
Les moulages sont coulés en plâtre orthodontique anti-moisissure. Le plâtre est spatulé aux recommandations du fabricant…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (Partie 2) : Adhésion à l’émail

Depuis les travaux de Buonocore, suivis de ceux de Newman et Miura, puis l’introduction de la technique du mordançage acide...
Biomatériaux ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (partie 1) : définition et données actuelles

Les travaux de Buonocore en 1955, puis ceux de Bowen en 1965 ont ouvert la voie du collage d’attaches orthodontiques...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion de la « période de contention » chez l’adulte

Ne pas confondre dispositif de maintien et période de contention Le dispositif de maintien est la pièce maîtresse de la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Recommandations sur la contention

Hétérogénéité des pratiques [2] Les pratiques sont nombreuses et variées. En effet, la gouttière thermoformée est plébiscitée et utilisée au...
ODF

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la contention en cas de parodontite

Les parodontites sont des pathologies d’origine bactérienne, aggravées par de nombreux facteurs (tabac, génétique, hygiène…) [1] et conduisant à une...
ODF

Article réservé à nos abonnés Approches multiples et variées pour contenir l’espace des incisives latérales absentes

Paramètres particuliers à prendre en compte Voici quelques aspects importants de la contention dans les cas d’agénésie des incisives latérales...