Érythème linéaire gingival : ce n’est pas toujours une gingivite due à la plaque !

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°28 - 12 juillet 2023 (page 27-29)
Information dentaire
Les érythèmes sont généralement dus à une augmentation localisée de la quantité d’hémoglobine. Elle s’observe généralement dans les réactions inflammatoires qui se caractérisent par une vasodilatation responsable d’une augmentation locale du nombre des globules rouges et une diminution du débit. Plus rarement, les érythèmes sont secondaires à une atrophie épithéliale (déficit en vitamines B12, B9 ou en fer) ou à une érosion de l’épithélium comme dans le pemphigus vulgaire ou à une augmentation du nombre des vaisseaux comme dans les angiomes et les malformations vasculaires. Au niveau gingival, les érythèmes sont le plus souvent secondaires à une gingivite due au biofilm. En l’absence de plaque, les autres causes d’érythème doivent être évoquées.

Cas 1

Motif de la consultation

Patiente adressée par son chirurgien-dentiste pour avis et prise en charge d’un érythème de la gencive maxillaire.

Histoire de la maladie

La patiente, âgée de 37 ans, avec un antécédent chirurgical d’amygdalectomie réalisée à l’âge de 7 ans, consultait pour un érythème gingival maxillaire présent depuis un an.

Interrogatoire

Il révélait la présence d’un érythème gingival chronique malgré une excellente hygiène buccco-dentaire. La patiente avait consulté plusieurs dentistes qui avaient pratiqué pour l’un un détartrage et pour l’autre un surfaçage radiculaire, sans effet sur l’érythème. Devant la persistance de cet érythème, une consultation spécialisée de pathologies des muqueuses a été demandée.

Examen clinique

On observait un érythème gingival maxillaire linéaire localisé au niveau de la gencive marginale et débordant légèrement sur la gencive attachée. Les plages érythémateuses étaient séparées par des zones de gencive saine. Par place, l’érythème avait un aspect irisé. La palpation appuyée faisait blanchir la muqueuse. Aucune trace de plaque dentaire n’était mise en évidence et le sondage parodontal n’entrainait pas de saignement.

Examens paracliniques

Une biopsie a été réalisée à titre systématique pour préciser le diagnostic. Elle révélait un épithélium malpighien bien différencié surmonté d’une fine couche kératosique avec des zones de nécrose kératinocytaire et des corps hyalins de Civatte. A l’interface épithélium-chorion, une vacuolisation basale était observée. Le chorion était le siège d’un infiltrat inflammatoire lympho-plasmocytaire dense à prédominance plasmocytaire. Au sein du chorion siégeaient des capillaires dilatés sans véritable prolifération. L’examen en double lecture concluait à une probable manifestation lichénoïde, sans toutefois pouvoir éliminer une toxidermie.

Synthèse

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Lésions labiales atypiques

Cas 1 Motif de la consultation Patient de 35 ans, qui a été adressé par son médecin généraliste pour une...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés L’algie gingivale est bien un signe d’alerte à ne pas négliger !

Anamnèse Une patiente de 71 ans est adressée par son médecin généraliste pour une inflammation gingivale diffuse symptomatique. L’entretien médical...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Métastases gingivales : l’examen anatomopathologique est déterminant !

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 21 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion de la gencive mandibulaire...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Lésions palatines atypiques

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 90 ans adressé par son chirurgien-dentiste traitant pour une lésion palatine d’apparition...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés À propos de douleurs linguales atypiques

Rubrique coordonnée par Guy Princ 1. Au vu de l’anamnèse et de l’examen clinique, quel(s) diagnostic(s) vous semble(nt) le(s) plus probable(s)...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Les ulcérations peuvent être d’origine infectieuse, inflammatoire, traumatique ou tumorale

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 23 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion douloureuse sur la langue....