Étude du comportement des céramiques cristallines en simulateur de mastication

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°2 - 30 avril 2014 (page 77-89)
Information dentaire
Comment fonctionne le simulateur de mastication ?
Quels sont les éléments qui composent la salive artificielle ?
Comment se comportent les diverses céramiques sous l’action des indenteurs de mastication ?

L’intégration d’un élément prothétique au sein de l’organisme est subordonnée à des critères de biocompatibilité (1, 2) que l’on peut résumer comme étant la capacité d’un matériau à fonctionner dans une application spécifique avec une réponse favorable de l’hôte. Concernant les matériaux de recouvrement céramique si l’on se réfère à la biomimétique, pour être au plus près du naturel, sont envisagés en même temps la forme, la couleur, le trajet de la lumière, l’état de surface et l’usure. Phénomène ancien, évoqué vers 1750, l’usure provoque des modifications physiques, chimiques agissant sur l’anatomie, les trajets lumineux. Elle est aussi initiatrice de pathologies.
Pour déterminer l’ampleur du phénomène et pouvoir comparer les matériaux, nous avons mis au point dans un premier temps un protocole à base de salive artificielle. Cela nous a permis de confirmer le comportement d’un certain nombre de matériaux : alliages, composites et céramiques. Nous avons pensé avoir trouvé le matériau idéal, une céramique basse fusion monophasée liée à une céramique conventionnelle dans un schéma naturel émail/dentine avec les mêmes trajets lumineux et dont la surface se recouvrait d’une couche de Si-OH assurant sa protection et celle des antagonistes. Le rêve était trop beau, des difficultés de mise en œuvre ont fait disparaître ce produit remarquable.
La recherche continue avec l’espoir de trouver les matériaux idéaux pour que la thérapie prothétique devienne un long fleuve tranquille sans usure et sans casse. Aujourd’hui, nos investigations portent principalement sur l’usure associée à l’action salivaire (3). En effet, l’usure en milieu buccal dépend de deux composantes principales : la composante chimique et la composante mécanique. La composante chimique de l’usure provient de la présence de salive entraînant une corrosion par action tribochimique. Les expérimentations sur…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

CFAO Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés Prothèse amovible et CFAO

Séance CNO Responsable scientifique : Christophe Azevedo Intervenants : Jean Bonnet, Samy Benchikh Bien que ne mettant pas au rebut les méthodes...
CFAO

Article réservé à nos abonnés Flux numérique et restauration imprimée en dentisterie restauratrice

Cas clinique Une patiente de 42 ans, sans antécédents généraux, consulte pour une douleur en bas à droite lorsqu’elle mange...
CFAO

Article réservé à nos abonnés L’apport des dispositifs électroniques d’enregistrement de la cinématique mandibulaire dans le flux de travail numérique

Ayons à l’esprit quelques fondamentaux. La simulation de la dynamique mandibulaire d’un patient et la position de son axe charnière...
CFAO

Article réservé à nos abonnés La gestion fonctionnelle occlusale en numérique. Comment ça mâche ? Comment ça « match » ?

Mon histoire Cet article porte sur l’utilisation des nouvelles technologies dans notre profession et j’aimerais, afin d’illustrer mon propos, vous...
CFAO

Article réservé à nos abonnés Le numérique à tout prix ?

Peut-être faudrait-il commencer par s’intéresser de près aux diverses formations existantes et s’attarder sur les protocoles déjà établis. Nos professions...
CFAO

Article réservé à nos abonnés La digitalisation des teintes. Pourquoi ? Comment ? Pour quels résultats ?

La prise de teinte au cabinet dentaire n’est qu’une première étape pour la réussite de l’intégration de nos céramiques. Le...