Formes de préparation pour les restaurations indirectes postérieures

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°37 - 28 octobre 2020 (page 56-64)

3a-d. Formes de préparation postérieures pour table-top dans les cas d’érosion-usure (Laboratoire Esthetic Oral).

Information dentaire

Cet article a pour but de réaliser une synthèse des éléments clés à prendre en compte pour la réalisation des préparations contemporaines, afin de permettre au praticien d’analyser au mieux chaque situation clinique.

Après étude de la littérature, nous constatons qu’il n’existe pas aujourd’hui de design de préparation recommandé pour les restaurations indirectes collées des dents dans le secteur postérieur.

À l’instar des préparations traditionnelles, guidées par la nécessité d’obtenir une rétention de la pièce prothétique, souvent au détriment des tissus, nos préparations contemporaines, affranchies de la nécessité de rétention grâce au collage, se doivent avant tout de reposer sur une analyse morphostructurelle, biomécanique et histo-anatomique de la dent.

Même s’il est certain que conserver des tissus trop fragiles serait une erreur, il est désormais admis que la conservation d’un maximum de tissus dentaires sains doit rester la priorité absolue du praticien. Selon JP. Attal, S. Le Goff et H. Fron-Chabouis [1], « lors de la réalisation des inlays/onlays, chaque millimètre cube de tissu dentaire (émail ou dentine) sain doit être conservé afin de permettre à la chaîne naturelle d’amortissement des contraintes de fonctionner ».

Nous tenterons ici de réaliser une synthèse des éléments clés à prendre en compte pour la réalisation de ces préparations contemporaines, afin de permettre au praticien d’analyser au mieux chaque situation clinique.

Les différentes formes de préparations contemporaines

La forme de la préparation est l’un des trois points clés de la réussite des restaurations postérieures indirectes, avec l’assemblage et la pièce prothétique. Correctement réalisée, elle permet d’une part l’adaptation précise de la future restauration (donc la diminution de l’épaisseur du joint de collage), mais permet surtout de réduire le risque de fracture de la restauration qui est, à moyen ou long terme, la première cause d’échec de ces restaurations collées [2].

Les formes de contours actuelles sont classifiées par les auteurs selon leur étendue. Ainsi, nous trouverons d’abord les inlays…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Maquillage thérapeutique dans les soins de support en oncologie. Une autre facette du métier d’assistant(e) dentaire

Les patient(e)s présentant des lésions ou des cicatrices faciales secondaires à un traitement oncologique sont affecté(e)s par l’apparence de leur...
Esthétique Médecine

Article réservé à nos abonnés Les hypominéralisations molaires incisives (MIH) – Partie 2 : Identifier les aspects cliniques et les diagnostiquer

Introduction Pour mieux comprendre le caractère essentiel du diagnostic précoce, il est important de détailler et comprendre les différents aspects...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Éclaircissement externe et collage des restaurations partielles

Face à la demande esthétique croissante des patients en quête d’un sourire attractif – synonyme d’une bonne intégration psychosociale –, la...
Esthétique Médecine

Article réservé à nos abonnés Les hypominéralisations molaires incisives (MIH) – Partie 1 : mieux les connaître

Introduction Par leur fonction, les assistant(e)s dentaires peuvent être sollicité(e)s pour répondre à des questions en dehors du cabinet dentaire,...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les reconstitutions corono-radiculaires à quatre mains

Il existe deux types de reconstitutions en fonction des situations : Les reconstitutions par matériaux insérés en phase plastique (RMIPP), dites...