Gestion moderne de l’occlusion

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°2 - 15 avril 2022 (page 122-130)
Information dentaire

– Comment enregistrer les rapports d’occlusion lors des empreintes optiques ?

– L’enregistrement de ces rapports d’occlusion est-il plus précis en dentisterie numérique ou en dentisterie « conventionnelle » ?

– En fonction de la situation clinique, comment optimiser l’enregistrement optique des rapports d’occlusion ?

– Comment les contacts occlusaux sont-ils visualisés en CAO ? Est-il possible de mesurer leur intensité ?

– Quelles sont les limites actuelles des articulateurs virtuels ?

Les évolutions constantes en dentisterie numérique nous ont amenés à adapter une grande partie des fondamentaux de l’occlusion aux nouveaux outils qui sont aujourd’hui à notre disposition. De nombreuses questions peuvent se poser aux praticiens qui souhaitent intégrer la CFAO à leur pratique.

Cet article propose une approche moderne de la gestion de l’occlusion à l’aide des outils numériques les plus utilisés en CFAO.

Comment enregistrer les rapports d’occlusion lors des empreintes optiques ?

Lors des traitements de faible étendue, il peut être tentant de réaliser des empreintes sectorielles.

En dentisterie conventionnelle, l’enregistrement physico-chimique d’une portion d’arcade, le plus souvent en « mordu », permet d’enregistrer simultanément les volumes bucco-dentaires du secteur préparé, l’antagoniste au secteur préparé et les rapports d’occlusion de ces deux portions d’arcades. Cette technique présente cependant de nombreux inconvénients : risque de déformation par « tirage », impossibilité de contrôler les rapports d’occlusion enregistrés à cause du recouvrement total des zones enregistrées par le matériau d’empreinte, difficulté pour le prothésiste à couler les modèles et à les repositionner avec précision dans un occluseur.

En dentisterie numérique, les empreintes sectorielles ne présentent pas ces inconvénients et correspondent à une grande majorité des empreintes optiques réalisées. Le repositionnement spatial des nuages de points enregistrés par le scanner intra-oral [1] supprime tout risque de tirage. Chaque portion d’arcade est enregistrée individuellement.

L’enregistrement numérique des rapports d’occlusion se fait par balayage optique des faces vestibulaires des dents concernées (fig. 1). Le repositionnement tridimensionnel numérique des portions d’arcade est effectué par un algorithme de meilleure corrélation possible (« best matching ») entre les faces…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Reconstruction en antéposition

Les chirurgiens-dentistes sont parfois confrontés à des réhabilitations orales complexes. Les difficultés peuvent être dues à des délabrements ou des...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Reconstruction en antéposition

Les chirurgiens-dentistes sont parfois confrontés à des réhabilitations orales complexes. Les difficultés peuvent être dues à des délabrements ou des...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Les infraclusions des molaires temporaires et la gestion du volume osseux résiduel

Quand un traitement orthodontique est indiqué dans le cadre de la persistance d’une molaire temporaire, l’orthodontiste doit toujours choisir entre...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Prise en charge des SAHOS chez l’enfant et l’adulte. À propos de deux cas cliniques

Physiopathologie du SAHOS Le SAHOS est décrit, selon la Haute Autorité de Santé (HAS), « par la survenue, pendant le sommeil,...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Antéposition mandibulaire : une nouvelle approche de la prise en charge des classes II squelettiques hyperdivergentes avec béance antérieure

La prise en charge de patients présentant une classe II squelettique hyperdivergente présente certaines caractéristiques qui en font, en orthodontie,...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Les contributions scientifiques de Rudolf Slavicek

Son histoire De par sa formation médicale (docteur en médecine en 1954 avec un début d’éducation clinique en cardiologie), en...