Gestion occlusale des restaurations postérieures collées dans le cadre des traitements de l’usure

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire, Stratégie Prothétique n°2 - 15 avril 2020 (page 127-139)
Information dentaire
  1. À quelles étapes doit-on se préoccuper de la préservation ou de la création des nouveaux rapports occlusaux ?
  2. Quels matériaux permettent une adaptation progressive de l’occlusion par une usure relative de leur matière ?
  3. Comment gérer les retouches finales des restaurations en céramique collée ?

La restauration des secteurs postérieurs de la cavité buccale par des pièces indirectes de type overlays est une alternative moderne aux anciennes options thérapeutiques à base de couronnes périphériques, plus délabrantes [1]. Aujourd’hui très bien codifiées, les formes de préparation, comme les méthodes d’assemblage de ces pièces, bénéficient de nombreuses publications scientifiques et cliniques [2,3]. Dès lors qu’elles restaurent l’intégralité de la table occlusale, leur réalisation s’accompagne inévitablement d’une gestion attentive de l’occlusion. Celle-ci s’entend tout d’abord dans le choix initial d’un réhaussement ou non de la DVO [4-6], de l’impact de la méthode utilisée pour la réhausser si tel est le cas, et ensuite, de la modification ou de la conservation des nouveaux rapports intermaxillaires créés. Enfin, le recours à des matériaux céramiques, garants d’une stabilité occlusale à long terme [1,7], impose aussi un réglage occlusal respectueux afin de ne pas altérer le matériau.

Cet article se propose de détailler les différentes étapes clés de la gestion occlusale des restaurations postérieures collées, depuis la mise en place des restaurations temporaires (mock-up postérieurs) jusqu’à la protection des céramiques collées par une gouttière occlusale.

Gestion de l’occlusion lors de la temporisation par mock-up

La gestion de l’occlusion au stade des mock-up temporaires repose tout d’abord sur la stratégie de confection des wax-up. En effet, ces derniers sont élaborés sur les modèles d’étude, après mise en articulateur selon les nouveaux rapports occlusaux [8]. Quelle que soit la méthode utilisée, le réhaussement de la DVO chez un patient présentant une usure avancée se traduit par un nouveau rapport intermaxillaire antéro-postérieur (fig. 1a-f). L’utilisation du JIG de Luccia [9] nous paraît être la méthode la plus accessible à tous : elle permet une décontraction…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Occlusion et restaurations directes postérieures : la “stamp technique”

La « stamp technique », ou tampon occlusal, est une technique très intéressante à maîtriser lors de séances de restaurations directes. La...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés À propos de la Relation Centrée

Le principe Nous devons reconnaître que certains patients présentent cliniquement une instabilité mandibulaire par instabilité de l’Occlusion d’Intercuspidie Maximale (OIM)...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Diagnostic occlusal

Le diagnostic de la pathologie des articulations temporo-mandibulaires (les dyskinésies dento-articulaires, DDA) est un prérequis indispensable à toute thérapeutique médicale....
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Posture et occlusodontie fonctionnelle

Le système postural par ses nombreux capteurs et leurs interconnexions est d’une grande complexité, ce qui rend délicates la compréhension...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Les DDA et proposition thérapeutique du composite-up

Les dyskinésies dento-articulaires (DDA) sont des troubles du cycle de mastication, majoritairement liés à des anomalies morphologiques des tables occlusales...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Système CEREC et occlusodontie fonctionnelle : gestion des cas de faible étendue

Le système CEREC, depuis les années 1980 [1], s’est démarqué par sa particularité de permettre au patient de recevoir une...