Gestion orthodontique des infraclusions antérieures

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 juin 2022 (page 28-40)
Information dentaire

Les anomalies de la dimension verticale sont une des composantes essentielles des dysmorphies faciales et sont étroitement liées aux phénomènes de croissance et aux fonctions oro-faciales.

L’infraclusion antérieure se traduit par une absence ou un défaut de recouvrement incisif en occlusion dont la prévalence varie, suivant les pays et les études, de 1,4 % à 16,5 %, et qui trouve son origine au niveau alvéolaire et/ou squelettique.

L’infraclusion antérieure d’origine squelettique est due à un schéma de croissance en rotation horaire par excès [1]. Elle est caractérisée par une divergence excessive des bases osseuses de la face initialement dénommée « hyperdivergence faciale » par Schudy.

L’infraclusion antérieure d’origine dento-alvéolaire résulte d’un défaut de développement vertical alvéolo-dentaire dont l’étiologie est fonctionnelle, sans anomalie majeure des bases squelettiques. Cette pseudo-hyperdivergence est liée à la bascule antihoraire du plan palatin d’origine para- ou dys-fonctionnelle [2, 3].

Du fait de son étiologie multifactorielle et de sa tendance à la récidive, il est indispensable de mettre en œuvre une stratégie thérapeutique adaptée afin d’atteindre les objectifs esthétiques et fonctionnels nécessaires à l’équilibre du système stomatognathique [4].

Le contrôle ou la correction de la dimension verticale sont l’enjeu majeur du plan de traitement. Pour ce faire, les objectifs seront différents selon le diagnostic étiologique de la dysmorphose. En effet, il n’existe pas de corrélation directe entre le recouvrement incisif et la typologie faciale, une infraclusion antérieure n’étant pas obligatoirement associée à une hyperdivergence, et réciproquement, un excès de croissance vertical des bases osseuses n’est pas forcément accompagné d’une infraclusion antérieure, bien qu’elle soit souvent présente.

L’étude de la dimension verticale peut se faire par de nombreuses…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Le syndrome du fil, d’une détection précoce difficile au repérage aisé des cas sévères

Historique de la découverture du syndrome du fil (tableau 1) En 2007, Katsaros et al. [1] publient le rapport d’un cas...
ODF

Article réservé à nos abonnés Ressenti du patient après une chirurgie orthognathique

Matériel et méthodes Cette étude a été réalisée dans l’unité fonctionnelle d’Orthopédie Dento-Faciale (service d’odontologie, CHU de Lille), entre juin 2020 et...
ODF

Article réservé à nos abonnés Adapter sa stratégie thérapeutique aux caractéristiques de l’infraclusion antérieure

Comme le montrent les différents articles des deux numéros coordonnés par Sarah Chauty consacrés à l’infraclusion antérieure, les orthodontistes disposent...
ODF

Article réservé à nos abonnés Contention de l’infraclusion : vers de nouvelles approches

La stabilité de la correction de l’infraclusion est difficile : croissance résiduelle verticale qui s’exprime en fin d’adolescence, dysfonctions, voire persistance...
ODF

Article réservé à nos abonnés Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu

Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu Cas clinique En 2008, la patiente, âgée de 34 ans,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement orthodontique de l’infraclusie : que pouvons-nous attendre des ancrages osseux ?

Les infraclusies antérieures chez l’hyperdivergent constituent un challenge pour l’orthodontiste (fig. 1 a-c) [1]. Les approches thérapeutiques conventionnelles s’avèrent actuellement peu efficaces chez...