Glandes salivaires accessoires et lithiase

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°40 - 17 novembre 2021 (page 35-37)
Information dentaire

Les glandes salivaires accessoires (GSA) ne sont pas structurées en organes, mais elles sont constituées de petits lobules glandulaires indépendants, non encapsulés, disséminés dans le chorion ; ils ont une taille de l’ordre du millimètre, mais certains sont à peine visibles à l’œil nu. Les GSA sont retrouvées dans l’ensemble des voies aéro-digestives supérieures, mais la plupart siègent dans la cavité buccale où leur densité varie selon la localisation. La densité la plus élevée est observée sur la lèvre inférieure, elles sont absentes dans la gencive, le tiers antérieur de la muqueuse palatine et le dos de la langue hormis dans la région postérieure (glandes de Von Ebner et de Weber). Au nombre de 600 à 1000, les GSA qui comportent des glandes muqueuses, séreuses et séromuqueuses, secrètent 8 à 10 % de la salive.

On peut observer au niveau des GSA, les mêmes pathologies que celles rencontrées dans les glandes salivaires principales, y compris des lithiases. Les lithiases siégeant dans les GSA représentent 2 % de l’ensemble des lithiases salivaires. Mais nombre d’entre elles pourraient être méconnues. Elles se manifestent le plus souvent par un épisode inflammatoire, voire infectieux, douloureux, intéressant habituellement la lèvre supérieure, chez des sujets ayant en général plus de 40 ans.

CAS 1

Motif de la consultation

Patiente de 57 ans venue consulter pour une lésion jugale droite.

Histoire de la maladie

• Cette lésion était apparue 6 mois auparavant. Elle se traduisait par une discrète tuméfaction érythémateuse, indolore, sans limites nettes.

Interrogatoire

• La patiente était suivie depuis plusieurs années pour une kératose idiopathique occupant la presque totalité de la face ventrale gauche de la langue où elle avait développé successivement trois foyers d’OIN (Oral Intraepithelial Neoplasia) de haut grade. Elle présentait aussi une polykystose rénale associée à des kystes hépatiques ; la polyskystose, qui évoluait vers une insuffisance rénale, avait nécessité deux hospitalisations pour douleurs et hématuries.

Examen clinique

• La lésion siégeait dans la région rétro-commissurale droite, à 1 cm de la commissure, un peu au-dessus de la ligne occlusale. La mise sous tension de la muqueuse faisait apparaître, au centre de la plage érythémateuse, une petite zone jaunâtre. À la palpation, on percevait un nodule ferme, peu mobile, de 2 mm de diamètre environ.

Examen paraclinique

• Sur la radiographie, on distinguait une petite zone radio-opaque, à peine visible et sans limites nettes. La pièce d’exérèse, qui était revêtue par un épithélium malpighien parakératinisé, aux crêtes irrégulières, comportait un canal salivaire excréteur en métaplasie épidermoïde complète. Ce canal contenait un calcul salivaire. Au voisinage, il existait une GSA atrophique avec des canaux dilatés. Plus à distance, on observait des GSA séromuqueuses, siège par endroits d’un discret infiltrat inflammatoire lymphoplasmocytaire avec quelques acini en régression.

Synthèse

• Ce nodule rétro-commissural était constitué par une sialolithiase développée dans une GSA. Bien que ce tableau clinique et l’image radiographique soient atypiques, le diagnostic de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Métastases gingivales : l’examen anatomopathologique est déterminant !

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 21 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion de la gencive mandibulaire...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Lésions palatines atypiques

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 90 ans adressé par son chirurgien-dentiste traitant pour une lésion palatine d’apparition...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés À propos de douleurs linguales atypiques

Rubrique coordonnée par Guy Princ 1. Au vu de l’anamnèse et de l’examen clinique, quel(s) diagnostic(s) vous semble(nt) le(s) plus probable(s)...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Les ulcérations peuvent être d’origine infectieuse, inflammatoire, traumatique ou tumorale

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 23 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion douloureuse sur la langue....
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Gingivite à plasmocytes : entité pathologique ou inflammation gingivale réactionnelle non spécifique ?

Anamnèse/Histoire de la maladie Une patiente de 34 ans est adressée en consultation parodontale en février 2023 dans l’Unité de...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Carcinome épidermoïde buccal : dogme des limites de l’exérèse

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 75 ans adressé par son dentiste traitant pour une lésion suspecte du...