Implantologie et principes de l’occlusion fonctionnelle

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°4 - 15 octobre 2021 (page 280-288)
Information dentaire
  1. Comment adapter le protocole implantaire à la fonction masticatoire ?
  2. Qu’apporte l’équilibration fonctionnelle à l’ostéointégration implantaire ?
  3. Comment équilibrer une prothèse supra-implantaire ?
  4. Comment gérer un cas complexe en occlusion fonctionnelle ?

    L’implantologie domine au sein de l’arsenal prothétique moderne, le nombre de patients éligibles s’étend et, dès lors que la mobilité articulaire permet l’accès chirurgical, les pathologies de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) ne contre-indiquent pas l’approche implantaire.

    Le choix de la stratégie occlusale est sans concession ; depuis la publication des premiers travaux de Lauret (†) et Le Gall (†) [1], nous sommes en mesure d’apprécier la pertinence et la logique de l’équilibration fonctionnelle, ses résultats rapides, reproductibles et pérennes tant en termes de mastication que de stabilisation, voire de régression des signes cliniques des pathologies articulaires et posturales.

    Toutefois, le bénéfice ne se limite pas aux dyskinésies dento-articulaires (DDA) et aux troubles musculo- squelettiques (TMS) ; la réponse du substrat osseux péri-implantaire est positive et la biomécanique prothétique améliorée.

    Équilibration occlusale des prothèses implanto-portées

    Principes généraux : maîtrise des forces axiales et transversales développées pendant la mastication

    L’implant rend possible certaines prouesses techniques comme les réhabilitations complètes sur un nombre minimum d’implants posés dans des situations et des orientations n’obéissant à aucune règle mécanique de dispersion des forces. De telles restaurations demandant un contrôle et une équilibration précise de toutes les forces occlusales, il convient de réaliser un protocole implantaire éclairé afin de ne pas aboutir à des échecs prothétiques [2].

    Spécificités des implants

    À la différence d’une dent naturelle, l’absence de ligament parodontal autour d’un implant ostéo-intégré ne permet pas aux mécanismes d’adaptation du système nerveux central de se manifester avec la même efficience. L’information livrée par le patient sur l’intensité des contacts et des guidages manquera d’objectivité et le…

    Cet article est réservé aux abonnés.
    Pour lire la suite :

    Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
    Mot de passe
    oublié ?

    Vous pouvez également :

    Acheter l'article En version numérique
    Acheter le numéro À l'unité

    Thèmes abordés

    Sur le même sujet

    Implantologie Implantologie chirurgicale

    Article réservé à nos abonnés Extraction-implantation immédiate : le pilier de cicatrisation anatomique. Prise en charge d’une fracture dentaire

    Situation clinique Situation initiale Une patiente âgée de 31 ans est adressée dans le département de parodontologie et implantologie du...
    Implantologie

    Article réservé à nos abonnés Le défi du sourire gingival approche prometteuse de la toxine botulique

    RÉSUMÉ Contexte Face à une société où la quête du beau est omniprésente, les patients cherchent de plus en plus...
    Implantologie

    Article réservé à nos abonnés Utilisation de grille en titane pour une régénération osseuse prévisible dans le secteur maxillaire antérieur : un rapport de cas

    RÉSUMÉ La perte d’une dent à la suite d’un traumatisme peut engendrer une résorption osseuse importante qui nécessite souvent un...
    Implantologie chirurgicale

    Article réservé à nos abonnés Association sinus lift et ROG en un seul temps opératoire : cas clinique

    Situation initiale Patient de 55 ans adressé pour une augmentation de volume osseux dans le secteur maxillaire postérieur gauche. Les...
    Implantologie

    Article réservé à nos abonnés SUI 2024, une rencontre universitaire autour de l’implantologie

    Au cours d’une journée très dense, chaque intervenant représentant son Diplôme Universitaire a pris la parole pour présenter un cas...
    Implantologie

    Article réservé à nos abonnés Préservation alvéolaire : la « Socket Shield Technique »

    RÉSUMÉ Les exigences grandissantes des patients nous ont conduits à modifier notre pratique. Le principe de gradient thérapeutique, bien connu...