Implantologie et principes de l’occlusion fonctionnelle

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°4 - 15 octobre 2021 (page 280-288)
Information dentaire
  1. Comment adapter le protocole implantaire à la fonction masticatoire ?
  2. Qu’apporte l’équilibration fonctionnelle à l’ostéointégration implantaire ?
  3. Comment équilibrer une prothèse supra-implantaire ?
  4. Comment gérer un cas complexe en occlusion fonctionnelle ?

    L’implantologie domine au sein de l’arsenal prothétique moderne, le nombre de patients éligibles s’étend et, dès lors que la mobilité articulaire permet l’accès chirurgical, les pathologies de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) ne contre-indiquent pas l’approche implantaire.

    Le choix de la stratégie occlusale est sans concession ; depuis la publication des premiers travaux de Lauret (†) et Le Gall (†) [1], nous sommes en mesure d’apprécier la pertinence et la logique de l’équilibration fonctionnelle, ses résultats rapides, reproductibles et pérennes tant en termes de mastication que de stabilisation, voire de régression des signes cliniques des pathologies articulaires et posturales.

    Toutefois, le bénéfice ne se limite pas aux dyskinésies dento-articulaires (DDA) et aux troubles musculo- squelettiques (TMS) ; la réponse du substrat osseux péri-implantaire est positive et la biomécanique prothétique améliorée.

    Équilibration occlusale des prothèses implanto-portées

    Principes généraux : maîtrise des forces axiales et transversales développées pendant la mastication

    L’implant rend possible certaines prouesses techniques comme les réhabilitations complètes sur un nombre minimum d’implants posés dans des situations et des orientations n’obéissant à aucune règle mécanique de dispersion des forces. De telles restaurations demandant un contrôle et une équilibration précise de toutes les forces occlusales, il convient de réaliser un protocole implantaire éclairé afin de ne pas aboutir à des échecs prothétiques [2].

    Spécificités des implants

    À la différence d’une dent naturelle, l’absence de ligament parodontal autour d’un implant ostéo-intégré ne permet pas aux mécanismes d’adaptation du système nerveux central de se manifester avec la même efficience. L’information livrée par le patient sur l’intensité des contacts et des guidages manquera d’objectivité et le…

    Cet article est réservé aux abonnés.
    Pour lire la suite :

    Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
    Mot de passe
    oublié ?

    Vous pouvez également :

    Acheter l'article En version numérique
    Acheter le numéro À l'unité

    Thèmes abordés

    Sur le même sujet

    Occlusodontologie

    Article réservé à nos abonnés Les infraclusions des molaires temporaires et la gestion du volume osseux résiduel

    Quand un traitement orthodontique est indiqué dans le cadre de la persistance d’une molaire temporaire, l’orthodontiste doit toujours choisir entre...
    Implantologie chirurgicale

    Article réservé à nos abonnés ROG péri-implantaire : données actuelles et évolutions récentes

    L’avulsion d’une dent est une procédure délicate et invasive ayant pour conséquence la rupture vasculaire et ligamentaire du desmodonte [1]....
    Implantologie chirurgicale

    Article réservé à nos abonnés Résultats cliniques de 23 reconstructions osseuses conduites avec des plaquettes xénogènes déminéralisées

    Nous avons mené une étude pour tester l’intérêt de l’utilisation des lames osseuses déminéralisées dans le cadre de reconstructions alvéolaires pré- ou per-implantaires,...
    Occlusodontologie

    Article réservé à nos abonnés Prise en charge des SAHOS chez l’enfant et l’adulte. À propos de deux cas cliniques

    Physiopathologie du SAHOS Le SAHOS est décrit, selon la Haute Autorité de Santé (HAS), « par la survenue, pendant le sommeil,...
    Occlusodontologie

    Article réservé à nos abonnés Gestion moderne de l’occlusion

    Les évolutions constantes en dentisterie numérique nous ont amenés à adapter une grande partie des fondamentaux de l’occlusion aux nouveaux...
    Implantologie

    Article réservé à nos abonnés Ingression et inversion d’une dent naturelle délimitée par deux restaurations implantaires

    Présentation clinique Une patiente de 64 ans, en bonne santé générale, suivie en maintenance parodontale depuis sept ans (parodontite 3B),...