Inlays, onlays, overlays : Quand faut-il recouvrir une paroi résiduelle ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°2 - 30 octobre 2019 (page 48-53)
Information dentaire
Les parois résiduelles dans les cavités à inlay/onlay de plus de 2 mm d’épaisseur peuvent généralement être conservées sans risque de fracture. Celles de moins de 1 mm d’épaisseur doivent en revanche être abaissées et recouvertes car leur risque de fissuration lors de la mastication est trop important. Les parois d’épaisseur intermédiaire (1 à 2 mm) seront recouvertes préférentiellement :
- lorsqu’il s’agit d’une molaire ;
- lorsqu’il s‘agit d’une cuspide guide ;
- en présence de parafonction ;
- lorsqu’il n’y a plus de crêtes marginales ou de pont d’émail ;
- lorsque la cavité est très profonde ;
- lorsque la dent est dépulpée ;
- en présence d’émail non soutenu par de la dentine ;
- en cas de dyschromie persistante.

 

Lors de la préparation d’une cavité pour inlay/onlay, il est fréquent d’être confronté, en fin de nettoyage, à la présence d’une ou plusieurs parois résiduelles dont la résistance mécanique paraît douteuse du fait de leur localisation ou de leur épaisseur. Les parois épaisses (+ de 2 mm) peuvent généralement être conservées (cas clinique 1) et les parois fines (- de 1 mm) doivent généralement être recouvertes. Un inlay (en composite ou en céramique) est alors réalisé. Il doit avoir lui même, au final, une épaisseur globale minimale de 2 mm pour assurer sa résistance mécanique intrinsèque à la mastication. Si un recouvrement cuspidien est indiqué, la réduction occlusale doit donc se faire sur 2 mm de hauteur au minimum [1, 2].

Mais qu’en est-il des parois résiduelles d’épaisseur intermédiaire (entre 1 et 2 mm) (cas clinique 2) ?

S’il est impossible de connaître avec certitude le risque de fracture d’une cuspide, l’objectif de cet article est de donner des éléments objectifs de prise de décision de la conservation ou du recouvrement des parois d’épaisseur moyenne à la fin du nettoyage cavitaire selon la dent, l’occlusion, la forme et le volume de la cavité, la présence ou non de dentine, la vitalité ainsi que l’incidence esthétique.

La localisation (type de dent)

Le pronostic clinique semble plus favorable pour les prémolaires que pour les molaires [3-5], car une plus grande résistance est généralement nécessaire pour les parois des molaires. Mais si 75 % des fractures à la mandibule affectent les molaires, et plus particulièrement la première molaire, au maxillaire, les fractures se répartissent équitablement entre le secteur molaire et le secteur prémolaire [6]. L’épaisseur de l’émail, la largeur de la cuspide comme les…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Adhésif à base de protéines de moule  : Fonctionnement, application et perspectives en chirurgie dentaire

Le monde du vivant possède plus de quatre milliards d’années d’expérience dans la résolution de problèmes, par nécessité et pour...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Le Polyétheréthercétone ou PEEK : matériau de demain en odontologie ? #1

Le polyétheréthercétone (en anglais Polyetherether­ketone) ou PEEK est un poly(oxy-1,4-phénylène-oxy-1,4-phénylènecarbonyl-1,4-phénylène). Cette dénomination rébarbative correspond tout simplement à un polymère aromatique...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Les antibiotiques en odontologie, bon usage et antibiorésistance… En toute simplicité

Spécialiste qualifiée en chirurgie orale, Julie Guillet est MCU-PH à la faculté d’odontologie de Nancy, responsable du département de chirurgie...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Analyse par éléments finis : point méthodologique

La Méthode des éléments finis (MEF) est une méthode numérique permettant d’approcher la solution d’un problème d’ingénierie complexe (en général...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Les verres bioactifs : des propriétés aux applications cliniques en dentisterie restauratrice et en endodontie

Les verres bioactifs (Bioactive glasses, BAG), comme leur nom l’indique, font partie des matériaux dits « bioactifs ». Depuis leur découverte en...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Le nano-assemblage, parce qu’une image vaut mille mots…

Cette rubrique se propose de présenter à chaque numéro un schéma, un graphique, une vue microscopique… pour expliquer certains comportements des...