Interactions médicamenteuses et terrains pathologiques en odontostomatologie

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°1 - 15 mars 2006 (page 75)
Information dentaire

On parle d’interaction médicamenteuse lorsque l’administration simultanée de plusieurs médicaments conduit à modifier les effets thérapeutiques ou indésirables d’au moins un de ces médicaments. Toute prescription se doit de prendre en compte le risque d’interaction médicamenteuse notamment face à des terrains pathologiques répondant à une thérapeutique sur le long court. Le praticien doit donc hiérarchiser les niveaux de gravité
afin de ne retenir que les associations ayant des répercussions cliniques tangibles et prendre ainsi les mesures
préventives adéquates. Selon que les effets pharmacologiques varient avec ou sans modification de concentration plasmatique ou tissulaire des médicaments impliqués, on distingue les interactions de nature pharmacodynamique des interactions de nature pharmacocinétiques. En odonto-stomatologie, les médicaments à risques sont principalement issus de deux classes pharmacologiques : les Anti-inflammatoires non stéroïdien et les Macrolides. D’autre part, les interactions médicamenteuses potentiellement graves interviennent essentiellement lors d’une
co-administration avec un traitement de fond à faible marge thérapeutique portant sur des processus vitaux comme la
coagulation sanguine, l’électrogénèse cardiaque ou l’équilibre glucidique. La prise en compte des facteurs de risque
(âge, polymédications, polypathologies), la vérification des associations potentiellement dangereuses grâce à des
logiciels de détection ou la consultation du Vidal (http://www.vidalpro.net) ainsi qu’un usage raisonné des principes
actifs à risque constituent des règles essentielles de prévention de survenue d’interactions médicamenteuses.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

Article réservé à nos abonnés Place des bisphosphonates dans le traitement des parodontites : revue de littérature

Destruction osseuse induite par la parodontite La dernière classification des maladies parodontales définit la parodontite comme une pathologie inflammatoire chronique multifactorielle associée...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment prévenir les ostéonécroses des maxillaires imputables aux antirésorptifs osseux ?

Il n’est pas question ici de remettre en cause le bien-fondé des prescriptions des IRO, dont les modalités ont été...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Pharmacologie pratique des antirésorptifs osseux

Les antirésorptifs sont incontournables car ils ont fait la preuve de leur efficacité thérapeutique et que leur balance bénéfice/risque individuel...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en cancérologie ?

Indications des antirésorbeurs en oncologie Les métastases osseuses Les métastases osseuses sont une complication fréquente des tumeurs malignes (tableau 1). Aux États-Unis,...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment traiter les ostéonécroses des mâchoires ? Traitement médical ou chirurgical ?

En 2014, l’American Association of Oral and Maxillofacial Surgeons (AAOMS) [1] a défini les critères de diagnostic de l’ostéonécrose (tableau 1), les...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en rhumatologie ?

Qu’est-ce que l’ostéoporose ? En rhumatologie, les ostéopathies fragilisantes (ostéoporose post-ménopausique ou cortico-induite, atteintes osseuses d’origine génétique, dans le cadre de...