Jusqu’où peut-on aller en endodontie ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°37 - 30 octobre 2019
Information dentaire
C’est sous le signe du futur que se place cette année le congrès, avec pour thème : « Avenir, construisons-le ensemble ». Parce que l’avenir de nos thérapeutiques est celui de la préservation, dans le respect de la santé des patients, nous avons demandé à six auteurs jusqu’où il était possible de conserver l’organe dentaire en endodontie, en parodontie et en présence de fêlures.

Jusqu’où peut-on conserver la pulpe vitale ?

L’European Society of Endodontology (ESE) a débuté une campagne d’information pour promouvoir les traitements de conservation pulpaire en juin 2019 (Vital Pulp Treatment, VPT) pour être dans la continuité de la démarche initiée il y a plus de dix ans dans les domaines des restaurations prothétiques et l’instauration de la notion de gradient thérapeutique [2]. Avant tout acte affectant le complexe pulpo-dentinaire, il est impératif de mener une anamnèse et des tests de sensibilités, notamment le test au froid et les percussions. Pour l’heure, ce sont les seuls critères qui peuvent nous donner une idée de l’état d’inflammation pulpaire.

Ces techniques de conservation pulpaire présentent plusieurs avantages :
– conservation de la fonction biologique de la pulpe, notamment la fonction immunologique et la capacité de réparation pulpaire ;
– procédures plus simples et permettant d’éviter les complications du traitement radiculaire liées à la complexité de l’anatomie endodontique (perforation, fracture instrumentale, etc.) ;
– diminution des douleurs ;
– coût moindre et durée de soin moins longue pour les patients et leurs assurances obligatoires et/ou complémentaires.

Lorsque la dent est asymptomatique, qu’elle répond au test au froid sans exacerbation et que les percussions sont positives sans douleurs spontanées, plusieurs stratégies restauratrices sont décrites. L’objectif du traitement est en premier lieu de prévenir la contamination bactérienne au niveau du tissu pulpaire, car nous savons que les bactéries sont à l’origine du développement des lésions inflammatoires au niveau du péri-apex [3]. Les thérapeutiques peuvent être le scellement dentinaire immédiat (Immediat Dentin Sealing ou IDS) décrit dans les thérapeutiques de restaurations collées en fermant les tubuli par l’adhésif, mais aussi le curetage sélectif en un temps (partial…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Endodontie

Coiffage pulpaire direct, pulpotomie, pulpectomie : où en sommes-nous en 2020 ?

Les stratégies thérapeutiques contemporaines fondées sur la préservation tissulaire ont permis une nouvelle émergence des thérapeutiques de préservation de la...
Endodontie

Les biocéramiques : une évolution pour l’obturation canalaire ?

Connus depuis le milieu des années 1990 en endodontie [1-3], les biocéramiques continuent de trouver de nouvelles applications. Alors qu’ils...
Endodontie

Traitement thermique des instruments endodontiques en nickel-titane : quel apport pour les praticiens ?

L’utilisation mécanisée des limes endodontiques en nickel-titane (NiTi), à la place des limes manuelles en acier, a profondément changé la...
Endodontie

Irradiation directe des parois canalaires vs irrigation activée par laser

Le taux de succès du traitement endodontique est estimé autour de 85 % [1-4]. La principale cause d’échec est la persistance...
Endodontie

La cavité d’accès a minima

La perte de substance tissulaire de l’organe dentaire, qu’elle soit d’origine carieuse, traumatique ou consécutive à une thérapeutique de préparation...
Endodontie

Guides et planification endodontique

L’endodontie est une discipline majeure de l’odontologie, souvent redoutée par les praticiens. L’anatomie parfois complexe, l’accès visuel et instrumental et/ou...