Kystes salivaires vrais ou faux ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°28 - 14 juillet 2021
Information dentaire
Dans les kystes salivaires, on distingue les vrais kystes, qui sont rares, et les faux kystes ou pseudokystes, qui constituent une lésion fréquente des glandes salivaires accessoires. Ces derniers sont observés le plus souvent chez l’enfant, l’adolescent et l’adulte jeune. Le pseudokyste se traduit par un nodule hémisphérique, indolore, rénitent, de 5 à 20 mm de diamètre, siégeant presque toujours sur la lèvre inférieure, dans la région latérale. La muqueuse de surface est de couleur normale ou bleutée, voire transparente. Au cours de son évolution, il augmente et diminue de volume. Il correspond à l’extravasation de salive dans le tissu conjonctif. Le kyste salivaire vrai résulte de l’obstruction, puis de la dilatation d’un canal excréteur ; il s’observe sur les glandes principales et accessoires. Dans la cavité buccale, il se manifeste sous la forme d’une « bulle » translucide, de quelques mm de diamètre.

CAS 1

Motif de la consultation

Patient de 44 ans venu consulter pour une lésion jugale postérieure gauche.

Histoire de la maladie

• Cette lésion était apparue 3 mois auparavant. Elle se présentait comme une « bulle » indolore que le patient vidait régulièrement en la mordant ou en la piquant avec une aiguille, mais elle se reformait constamment.

Interrogatoire

• Le patient était en bonne santé et n’avait pas d’antécédents médico-chirurgicaux.

Examen clinique

• La lésion siégeait dans la région jugale postérieure gauche, à hauteur de la ligne occlusale. Elle se traduisait par une tumeur indolore, légèrement fluctuante, hémisphérique, de 7 mm de diamètre ; la muqueuse de surface était recouverte de kératine avec quelques petites plages érythémateuses. Sur une photo transmise par le patient (cartouche), « la bulle » était de taille identique mais son contenu hémorragique ; le saignement avait probablement été provoqué par une tentative d’élimination par morsure.

Examen paraclinique

• La pièce d’exérèse était composée d’un fragment de muqueuse jugale revêtue d’un épithélium parakératinisé, avec des crêtes épithéliales de configuration irrégulière. Le chorion était le siège d’un épanchement de salive mêlée à de la fibrine, des polynucléaires neutrophiles et des macrophages spumeux ; l’épanchement s’étendait de la région sous-épithéliale à la partie superficielle du plan musculaire. Sur une coupe, il existait une section d’un canal excréteur salivaire au voisinage de la cavité et, plus en profondeur, des glandes salivaires accessoires à prédominance muqueuse.

Synthèse

Cette « bulle » correspondait à un PSEUDO-KYSTE SALIVAIRE JUGAL. Sa formation est consécutive à un traumatisme qui provoque un raptus salivaire. Puis la salive se collecte progressivement, donnant naissance à une cavité dépourvue de bordure épithéliale…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés L’algie gingivale est bien un signe d’alerte à ne pas négliger !

Anamnèse Une patiente de 71 ans est adressée par son médecin généraliste pour une inflammation gingivale diffuse symptomatique. L’entretien médical...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Métastases gingivales : l’examen anatomopathologique est déterminant !

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 21 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion de la gencive mandibulaire...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Lésions palatines atypiques

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 90 ans adressé par son chirurgien-dentiste traitant pour une lésion palatine d’apparition...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés À propos de douleurs linguales atypiques

Rubrique coordonnée par Guy Princ 1. Au vu de l’anamnèse et de l’examen clinique, quel(s) diagnostic(s) vous semble(nt) le(s) plus probable(s)...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Les ulcérations peuvent être d’origine infectieuse, inflammatoire, traumatique ou tumorale

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 23 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion douloureuse sur la langue....
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Gingivite à plasmocytes : entité pathologique ou inflammation gingivale réactionnelle non spécifique ?

Anamnèse/Histoire de la maladie Une patiente de 34 ans est adressée en consultation parodontale en février 2023 dans l’Unité de...