L’après-contention en orthodontie

  • Par
  • Publié le . Paru dans Profession Assistant(e) Dentaire n°1 - 15 janvier 2020
Information dentaire
L’après-contention s’organise. Le traitement actif est terminé, mais la contention nécessite, elle aussi, une attention toute particulière. Un petit point de colle qui s’est dissipé, un patient qui se questionne sur l’utilité de conserver le fil, une imagerie à visée diagnostique… Plusieurs raisons peuvent amener le patient à consulter le cabinet d’orthodontie plusieurs années après la fin de son traitement. Voici quelques pistes pour gérer l’après-contention.

Une fois le traitement orthodontique actif par multi-attaches terminé, et la première année de contention achevée, les patients ne sont plus suivis régulièrement. Pourtant, certains reprennent rendez-vous pour gérer des problèmes de fils (point de colle parti, par exemple), des déplacements dentaires… Ces rendez-vous s’ajoutent à l’emploi du temps, déjà bien rempli. Certains patients se sentent perdus, ils se demandent s’il est normal de conserver le fil de contention ou s’il faut le faire enlever. Parfois, la situation se complique quand il faut annoncer un coût supplémentaire pour recoller un fil, ou reprendre le traitement achevé voilà plusieurs années.

Pour éviter ou diminuer les problèmes, la solution est de communiquer clairement lors du dernier rendez-vous de contention. Au même titre que les explications sur la pose de l’appareil, certains renseignements peuvent être fournis par l’assistant(e) dentaire. Bien évidemment, il faut respecter les consignes propres au cabinet et propres au traitement du patient : chaque orthodontiste a ses habitudes, cohérentes par rapport à sa technique. Une consigne peut être valable dans un cas, et pas dans l’autre. Les explications fournies par l’assistant(e) doivent suivre les recommandations du praticien.

La gouttière

Les patients l’ont portée pendant un an, et après ? Faut-il l’abandonner complètement ? Non ! La porter au quotidien serait contraignant, mais le praticien peut inviter le patient à essayer sa gouttière une fois par semaine. Avantage : il s’assure que ses dents ne bougent pas. Si la gouttière s’emboîte avec difficulté, le patient devra la reporter quelques jours. Les patients sont ainsi responsabilisés, et la stabilité est surveillée.

Le fil de contention

S’il se décolle, le patient doit appeler le cabinet. On peut d’ores et déjà l’avertir que le recollage du fil est soumis à des honoraires lorsque l’appareil a été…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Occlusodontologie ODF

Article réservé à nos abonnés Orthodontie et occlusodontie fonctionnelle

Nous déplaçons des dents quotidiennement, développons les mâchoires, créons de beaux sourires. Mais nous interrogeons-nous suffisamment sur la finalité de...
ODF

Article réservé à nos abonnés Le microbiote buccal : quand les odontologistes bretons s’en mêlent

Les odontologistes rennais travaillent au sein de l’Inserm NuMeCan (nutrition, métabolisme et cancer), une unité créée en 2017 par l’association...
ODF

Article réservé à nos abonnés Biomécanique des mini-implants : analyse des effets parasites de quatre situations cliniques et propositions de résolutions

Baptiste Turrel > Interne DES3 ODF > Lyon – Soutenance le 27/06/2019 > Directrices de mémoire : Drs Vanessa Valran et Sarah Chauty Qui...
ODF

Article réservé à nos abonnés La télé-orthodontie : la télémédecine au service de l’orthodontie

Marie Lailheugue > Interne DES3 ODF > Lyon > Soutenance le 22/10/2020 La pandémie de Covid-19 a contraint les cabinets...
ODF

Article réservé à nos abonnés Dossier SFODF 2021 : Présentation des sessions

Pour ce numéro consacré au congrès, nous avons imaginé un numéro très pratique, très clinique, en quelque sorte le pendant...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’orthodontie dans le traitement des lésions érosives

Les pertes de substances d’origine érosive ont une prévalence en évolution depuis quelques années. Ces phénomènes multifactoriels sont en relation...