L’après-contention en orthodontie

  • Par
  • Publié le . Paru dans Profession Assistant(e) Dentaire n°1 - 15 janvier 2020
Information dentaire
L’après-contention s’organise. Le traitement actif est terminé, mais la contention nécessite, elle aussi, une attention toute particulière. Un petit point de colle qui s’est dissipé, un patient qui se questionne sur l’utilité de conserver le fil, une imagerie à visée diagnostique… Plusieurs raisons peuvent amener le patient à consulter le cabinet d’orthodontie plusieurs années après la fin de son traitement. Voici quelques pistes pour gérer l’après-contention.

Une fois le traitement orthodontique actif par multi-attaches terminé, et la première année de contention achevée, les patients ne sont plus suivis régulièrement. Pourtant, certains reprennent rendez-vous pour gérer des problèmes de fils (point de colle parti, par exemple), des déplacements dentaires… Ces rendez-vous s’ajoutent à l’emploi du temps, déjà bien rempli. Certains patients se sentent perdus, ils se demandent s’il est normal de conserver le fil de contention ou s’il faut le faire enlever. Parfois, la situation se complique quand il faut annoncer un coût supplémentaire pour recoller un fil, ou reprendre le traitement achevé voilà plusieurs années.

Pour éviter ou diminuer les problèmes, la solution est de communiquer clairement lors du dernier rendez-vous de contention. Au même titre que les explications sur la pose de l’appareil, certains renseignements peuvent être fournis par l’assistant(e) dentaire. Bien évidemment, il faut respecter les consignes propres au cabinet et propres au traitement du patient : chaque orthodontiste a ses habitudes, cohérentes par rapport à sa technique. Une consigne peut être valable dans un cas, et pas dans l’autre. Les explications fournies par l’assistant(e) doivent suivre les recommandations du praticien.

La gouttière

Les patients l’ont portée pendant un an, et après ? Faut-il l’abandonner complètement ? Non ! La porter au quotidien serait contraignant, mais le praticien peut inviter le patient à essayer sa gouttière une fois par semaine. Avantage : il s’assure que ses dents ne bougent pas. Si la gouttière s’emboîte avec difficulté, le patient devra la reporter quelques jours. Les patients sont ainsi responsabilisés, et la stabilité est surveillée.

Le fil de contention

S’il se décolle, le patient doit appeler le cabinet. On peut d’ores et déjà l’avertir que le recollage du fil est soumis à des honoraires lorsque l’appareil a été…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Adapter sa stratégie thérapeutique aux caractéristiques de l’infraclusion antérieure

Comme le montrent les différents articles des deux numéros coordonnés par Sarah Chauty consacrés à l’infraclusion antérieure, les orthodontistes disposent...
ODF

Article réservé à nos abonnés Contention de l’infraclusion : vers de nouvelles approches

La stabilité de la correction de l’infraclusion est difficile : croissance résiduelle verticale qui s’exprime en fin d’adolescence, dysfonctions, voire persistance...
ODF

Article réservé à nos abonnés Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu

Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu Cas clinique En 2008, la patiente, âgée de 34 ans,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement orthodontique de l’infraclusie : que pouvons-nous attendre des ancrages osseux ?

Les infraclusies antérieures chez l’hyperdivergent constituent un challenge pour l’orthodontiste (fig. 1 a-c) [1]. Les approches thérapeutiques conventionnelles s’avèrent actuellement peu efficaces chez...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion orthodontique des infraclusions antérieures

Les anomalies de la dimension verticale sont une des composantes essentielles des dysmorphies faciales et sont étroitement liées aux phénomènes...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’infraclusion : point de vue du kinésithérapeute, Hélène Gil

Quelles sont les difficultés de traitement par kinésithérapie de l’infraclusion ou béance antérieure ? Hélène Gil : De nombreux articles [1-2] relatent le rapport...