L’hypersensibilité dentinaire : n’y restons pas insensibles

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 juin 2020 (page 42-46)
Information dentaire
Une des conséquences des usures dentaires (érosion, attrition, abrasion) est l’hypersensibilité dentinaire, également appelée hyperesthésie dentinaire. Il s’agit d’un motif fréquent de consultation. Si elle est généralement portée à l’attention des omnipraticiens, il est toutefois important que les orthodontistes sachent prendre en charge cette pathologie courante chez les patients adultes.

Le caractère régulier des visites lors d’un traitement d’orthodontie nous met au premier plan pour gérer les doléances des patients au niveau dentaire et particulièrement l’hypersensibilité dentinaire dont les symptômes peuvent perturber le traitement d’orthodontie. Les patients se plaignent de douleurs en buvant, en mangeant, en se brossant les dents et même en respirant et ils ne distinguent pas forcément l’origine des douleurs (liées au déplacement dentaire ou hypersensibilité dentinaire).

Lors d’un traitement d’orthodontie, de nombreux changements se produisent pour le patient concernant la mastication, les réflexes d’évitement et les habitudes de brossage. Il y a alors un déséquilibre et des hypersensibilités peuvent apparaître. Pour les patients, ces symptômes douloureux nous concernent donc directement.

L’hypersensibilité dentinaire entraîne une « douleur brève, vive et aiguë qui est ressentie au niveau de la dentine exposée, généralement en réaction à des stimuli thermiques, tactiles, osmotiques (solutions sucrées concentrées) ou chimiques que l’on ne peut imputer à aucune autre forme d’anomalie ou de pathologie dentaire » [1].

L’hypersensibilité se produit lorsque la dentine est exposée dans le milieu buccal après une perte d’émail ou de cément en présence ou non d’une récession gingivale. L’hyperesthésie dentinaire est donc généralement causée par une usure des tissus dentaires [2].

Les personnes souffrant de cette pathologie sont amenées à changer leurs comportements et à éviter certains aliments (chaud, froid, acide ou sucré), voire à ne plus se brosser les dents à cause de la douleur, ce qui entraîne un inconfort de vie quotidien [3]. Leur prise en charge nécessite souvent l’utilisation de traitements combinés pouvant semer la confusion pour les praticiens, c’est pourquoi nous proposons de lister les différents traitements possibles et leurs effets [4-5].

Mécanisme…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Usures dentaires et orthodontie

Les articles de ce numéro spécial nous informent sur les différents mécanismes de l’usure coronaire. Il s’agit dans cet article...
ODF

Article réservé à nos abonnés Les 4 points clés du collage dentinaire

Le collage sur l’émail n’a plus de secret en orthodontie, mais ce n’est pas le cas du collage sur la...
ODF Pathologie

Article réservé à nos abonnés Anorexie mentale et érosion dentaire : l’orthodontiste au cœur du dépistage

Outre les adolescents et jeunes adultes, davantage touchés par l’anorexie mentale, nos cabinets reçoivent un nombre non négligeable de patients...
ODF Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Apport de l’orthodontie au traitement d’usures érosives antéro-maxillaires liées à un reflux gastro-œsophagien

Le diagnostic n’est pas toujours fait et les patients ne le savent pas toujours. Parfois, des signes associés (toux chronique,...
Imagerie ODF

Article réservé à nos abonnés L’examen de nos clichés radiographiques

Difficile de se borner à la partie sous-nasale qui nous concerne. Et pourtant, focalisés sur la recherche d’éléments diagnostiques essentiels...
ODF

Article réservé à nos abonnés « Docteur, j’arrête tout ! »

Présentation du cas clinique Madame L., 40 ans, en traitement multi-attache lingual depuis six mois dans un protocole ortho-chirurgical, m’annonce...