L’hypersensibilité dentinaire : n’y restons pas insensibles

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 juin 2020 (page 42-46)
Information dentaire
Une des conséquences des usures dentaires (érosion, attrition, abrasion) est l’hypersensibilité dentinaire, également appelée hyperesthésie dentinaire. Il s’agit d’un motif fréquent de consultation. Si elle est généralement portée à l’attention des omnipraticiens, il est toutefois important que les orthodontistes sachent prendre en charge cette pathologie courante chez les patients adultes.

Le caractère régulier des visites lors d’un traitement d’orthodontie nous met au premier plan pour gérer les doléances des patients au niveau dentaire et particulièrement l’hypersensibilité dentinaire dont les symptômes peuvent perturber le traitement d’orthodontie. Les patients se plaignent de douleurs en buvant, en mangeant, en se brossant les dents et même en respirant et ils ne distinguent pas forcément l’origine des douleurs (liées au déplacement dentaire ou hypersensibilité dentinaire).

Lors d’un traitement d’orthodontie, de nombreux changements se produisent pour le patient concernant la mastication, les réflexes d’évitement et les habitudes de brossage. Il y a alors un déséquilibre et des hypersensibilités peuvent apparaître. Pour les patients, ces symptômes douloureux nous concernent donc directement.

L’hypersensibilité dentinaire entraîne une « douleur brève, vive et aiguë qui est ressentie au niveau de la dentine exposée, généralement en réaction à des stimuli thermiques, tactiles, osmotiques (solutions sucrées concentrées) ou chimiques que l’on ne peut imputer à aucune autre forme d’anomalie ou de pathologie dentaire » [1].

L’hypersensibilité se produit lorsque la dentine est exposée dans le milieu buccal après une perte d’émail ou de cément en présence ou non d’une récession gingivale. L’hyperesthésie dentinaire est donc généralement causée par une usure des tissus dentaires [2].

Les personnes souffrant de cette pathologie sont amenées à changer leurs comportements et à éviter certains aliments (chaud, froid, acide ou sucré), voire à ne plus se brosser les dents à cause de la douleur, ce qui entraîne un inconfort de vie quotidien [3]. Leur prise en charge nécessite souvent l’utilisation de traitements combinés pouvant semer la confusion pour les praticiens, c’est pourquoi nous proposons de lister les différents traitements possibles et leurs effets [4-5].

Mécanisme…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Débaguage et polissage

Questions Quelles sont les étapes du nettoyage ? Quels sont les risques pour l’émail lors du débaguage ? Existe-t-il une...
ODF

Article réservé à nos abonnés Le sens du geste : Les gouttières d’éclaircissement dentaire

Il faut souvent bien des mots pour expliquer une technique, un tour de main ou un geste clinique. Pourtant, l’observation...
ODF

Article réservé à nos abonnés la fabrication des fils de contention en collage indirect

Dans un premier temps, les empreintes sont coulées avec du plâtre blanc, taillées jusqu’aux premières molaires, et identifiées, au crayon...
ODF

Article réservé à nos abonnés La normalisation des fonctions : condition de la stabilité des traitements orthodontiques

Les fonctions oro-faciales regroupent la mastication, la ventilation, la posture et la fonction linguale, les tics et parafonctions (comme la...
ODF

Article réservé à nos abonnés La BD, un outil percutant en orthodontie

Le 24 avril, Jour 39, la FFO nous envoie… Vingt-et-une pages de recommandations ! J‘établis une liste des consignes à...
ODF Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Enfant patient parodontal

L’enfant est-il à risque de maladie parodontale ? Il existe une susceptibilité plus faible au développement de l’inflammation gingivale chez...