L’hypnose, le praticien, le patient : une association gagnante…

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 22-28)
Information dentaire
« J’ai du mal à y croire, ça marche ? Vous allez me faire dormir ? On ne peut pas m’hypnotiser… » sont des réflexions récurrentes, sans doute pour exprimer la curiosité ou la crainte de l’hypnose.
Le mieux est d’aller à sa rencontre, sans préjugés, sans chercher à comprendre, juste en laissant venir les sensations.

Dans le domaine médical, la presse, les médias, le monde du spectacle, l’hypnose est omniprésente : pourquoi tant d’intérêt, pourquoi maintenant et tout simplement pourquoi ?

L’hypnose : faisons connaissance
À en croire les écrits, l’hypnose habitait déjà l’Antiquité – bien avant peut-être – et a survécu bien au-delà, du Moyen Âge jusqu’à nos jours [1]. Certes, au cours de l’histoire, de Messmer à Charcot sans oublier par Bernheim, Freud et bien d’autres, l’hypnose est passée du stade de l’euphorie à celui de l’oubli. Elle n’a toutefois jamais vraiment totalement disparu et s’est parfois réfugiée jusqu’au cœur des tribus les plus reculées [2].
Cette présence qui défie le temps s’explique sans doute par le fait que l’hypnose représente le travail du mental, de l’esprit, de l’imaginaire, voire de l’instinct, où le rationnel n’a plus de place.

Comment définir l’hypnose 
En parcourant la littérature spécialisée et en se référant aux hypnothérapeutes reconnus [3, 4], donner une définition précise de l’hypnose reste discutable.
En revanche, chacun apporte sa pierre à l’édifice :
– état de veille paradoxale, sommeil paradoxal, état de réceptivité intense, état hystérique, état de transe, état de conscience modifiée, état naturel… et la liste n’est pas exhaustive [5] ;
– état naturel, qui éloigne le côté mystérieux et sous-entend la possible accessibilité à l’hypnose de chacun d’entre nous ;
– état de conscience modifiée qui signifie, qu’il convient de modifier notre façon de penser pour rencontrer l’hypnose.
Pour faire plus ample connaissance avec l’hypnose, analysons un exemple de représentation schématique d’une séance d’hypnose, voire d’hypnose médicale dont l’objectif se veut thérapeutique pour :
– soulager ou, pourquoi pas, supprimer une douleur ;
– accompagner sans anesthésie une intervention chirurgicale peu à moyennement…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Hypnose

Article réservé à nos abonnés Apport de l’hypnose en prothèse

Depuis quelques années, l’hypnose est en plein essor, notamment dans le domaine médical. Elle peut être un véritable allié pour...