L’importance de la vitamine D en chirurgie osseuse et implantaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°38 - 6 novembre 2019 (page 20-22)
Information dentaire

La déficience en vitamine D représente un facteur de risque peu connu en chirurgie orale.

Les données récentes indiquent l’importance de corriger le taux de vitamine D préalablement à une chirurgie orale ou implantaire.

Les chiffres

Selon les recommandations actuelles, le taux optimal de vitamine D (fig. 1) doit se situer entre 30 et 50 ng/ml de sang. Les sujets ayant un taux de vitamine D inférieur à 30 ng/ml sont considérés comme déficients et, lorsque le taux est inférieur à 10 ng/ml, ils sont considérés comme carencés [1, 2].

1. Métabolisme de la vitamine D

Dans une étude récente visant à évaluer la prévalence de la déficience en vitamine D dans une population de patients d’une consultation de chirurgie orale et/ou implantaire à Bruxelles, il a été montré que 82,6 % des patients sont déficients en vitamine D et 15,2 % sont carencés [3] (fig. 2).

2. Prévalence de la déficience en vitamine D dans une population de patients d’une consultation de chirurgie orale et/ou implantaire [3].

Rôles de la vitamine D

Il a été montré que la plupart des cellules du corps possèdent des récepteurs à la vitamine D et que celle-ci est bénéfique pour les structures osseuses et non osseuses. La vitamine D joue un rôle important dans la minéralisation osseuse en favorisant l’absorption du calcium et du phosphate intestinal et en diminuant l’excrétion rénale du calcium et du phosphate. Par ailleurs, ses effets extra-osseux sont non négligeables : en effet, elle contribuerait à la réduction du risque tumoral, des maladies cardiovasculaires, du diabète et des maladies auto-immunes. Bien qu’il persiste des controverses quant à ses bénéfices, il existe un consensus sur le fait que la vitamine D aurait des effets bénéfiques globaux sur la santé [1-3].

Insuffisance en vitamine D : facteur de risque en chirurgie osseuse et implantaire

Parmi les facteurs de risque pouvant mener à un échec de greffe osseuse, de mise en place d’implants dentaires ou à un retard de cicatrisation d’une chirurgie…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie

Implantologie et douleurs neuropathiques postopératoires

En chirurgie implantaire, les douleurs postopératoires persistantes sont parmi les complications les plus difficiles à gérer, d’abord pour le patient...
Implantologie

Implants courts vs implants standard placés sur une mandibule atrophique après augmentation osseuse

La réhabilitation orale des patients partiellement ou totalement édentés avec des prothèses sur implants est devenue courante, avec des résultats...
Implantologie

Flux digital en implantologie à propos d’un cas sur une incisive centrale

Analyse pré-implantaire Recueil des données Une patiente de 32 ans est reçue en consultation au cabinet. Elle ne présente pas...
Implantologie

Le traitement des péri-implantites

Coordination scientifique : Philippe Khayat, Benjamin Pomès Dans cette édition spéciale, onze articles et 17 auteurs font le point sur...
Implantologie chirurgicale

Réhabilitation implantaire secteur postérieur mandibulaire et ROG

La question Il s’agit d’évaluer, selon la situation clinique, la pertinence du recours à la technique de la régénération osseuse...
Implantologie

La zircone est-elle une alternative au titane en implantologie orale ?

La structure Le zirconium est un métal de transition du groupe IV et du sous-groupe du titane dans le tableau...