L’IMPRESSION 3D – Partie 4

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°1 - 15 mars 2018
Information dentaire
L'impression 3D est une technique de fabrication additive, en opposition avec les techniques soustractives comme l'usinage. La technologie dite du dépôt de fil est à ce jour la plus répandue en impression 3D. Elle permet la fabrication simple et rapide d'objets très variés en formes et surtout en matériaux. Cet article présente le fonctionnement du procédé additif par dépôt de fil, dont les applications en odontologie sont en pleine expansion, bien que moins démocratisé que la stéréolithographie.

Le dépôt de fil

Les articles précédents ont introduit le concept de « fabrication additive » [1] (« Additive Manufacturing », AM), plus communément appelée, par abus de langage, « impression 3D ». La mise en œuvre générique de la réalisation de pièces par procédé additif a ensuite été abordée [2]. Puis, la stéréolithographie, technologie largement utilisée en dentisterie, a été présentée [3].
Cette nouvelle partie est consacrée au fonctionnement de la technologie d’AM la plus répandue, la fabrication par dépôt de fil (« Fused Filament Fabrication », FFF) aussi connue sous le nom commercial déposé par Stratasys, Fused Deposition Modeling (FDM).
 

LE DÉPÔT DE FIL (FDM)

Le brevet de la FDM a été déposé en 1998, soit presque cinquante ans après l’apparition de la stéréolithographie. Bien que son apparition soit plus tardive, la simplicité de la technique et le prix de plus en plus attractif des machines en ont fait la technologie de fabrication additive la plus répandue au monde.
Comme nous l’avons vu précédemment, la plupart des techniques d’AM fonctionnent par découpe (« slicing ») d’un modèle numérique en couches d’épaisseurs uniformes ou variables qui, empilées les unes sur les autres, forment un objet tridimensionnel. La FDM respecte les mêmes étapes du flux numérique que les autres technologies d’AM [4].
 

CONCEPTION ASSISTÉE PAR ORDINATEUR

Pour rappel, l’objet à imprimer doit tout d’abord exister sous forme de fichier 3D numérique. Ce fichier peut être élaboré dans un logiciel de conception assistée par ordinateur (CAO), par empreinte optique ou imagerie 3D.
 

CONVERSION EN STL

Les logiciels de conception 3D utilisent différents types de fichiers. Mais pour permettre l’impression, le fichier doit préalablement être converti en fichier STL, qui reste le standard majoritairement exploité par les procédés additifs.
La plupart des logiciels dentaires prenant en charge l’impression 3D exploitent…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

CFAO

Article réservé à nos abonnés Restauration unitaire supra-implantaire : comment faire les bons choix ?

Évolution du pilier standard vers l’embase titane Le pilier standard Jusque dans les années 2000, le pilier de référence utilisé pour la...
CFAO

Article réservé à nos abonnés Rôle de l’assistant(e) dentaire dans la pratique de l’empreinte optique

Présentation du matériel Le matériel actuellement disponible se présente sous différents aspects : soit comme un petit chariot (kart) intégrant...
CFAO

Article réservé à nos abonnés Le défi de la relation intermaxillaire lors des réhabilitations complexes

Le principe Comme nous l’avons abordé dans la publication précédente [2], une empreinte numérique est une succession de photos faites...
CFAO Prothèse

Article réservé à nos abonnés L’efficience clinique grâce au numérique

Il semble essentiel que les praticiens prennent conscience, si cela n’est déjà fait, de l’impérieuse nécessité de repenser la façon...
CFAO Prothèse

Article réservé à nos abonnés Quel est l’impact de l’empreinte optique sur l’activité des laboratoires de prothèse ?

Nous allons étudier l’impact de l’empreinte optique dans les cabinets sur l’activité des laboratoires via l’analyse de réponses fournies par...