L’infraclusion : point de vue du kinésithérapeute, Hélène Gil

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 juin 2022 (page 22-26)
Information dentaire

Propos recueillis par Sarah Chauty

Spécialiste qualifiée en ODF, Maître de conférences à Lyon

Quelles sont les difficultés de traitement par kinésithérapie de l’infraclusion ou béance antérieure ?

Hélène Gil : De nombreux articles [1-2] relatent le rapport entre forme et fonction. Une dysfonction peut être à l’origine de contraintes s’exerçant sur les structures squelettiques, dentaires et musculaires. Selon le principe du « couloir dentaire » de Château [3] et du « couloir musculaire » de Cauhépé [4], la langue, à l’intérieur, et la sangle labio-jugale, à l’extérieur, constituent un véritable ensemble musculaire bordant l’arcade alvéolo-dentaire. L’équilibre entre la pression antéro-postérieure de la langue et la pression centripète de l’enveloppe musculaire (orbiculaire et buccinateur) définit une zone où les arcades dentaires peuvent subir des contraintes mécaniques, mais qui s’équilibrent entre elles et s’annulent pour définir une zone neutre. Les dents sont alors en équilibre entre ces deux parois musculaires.

Dans le cadre de l’infraclusion, la langue qui s’interpose entre les arcades dentaires constitue un véritable problème mécanique.

La véritable difficulté de la prise en charge du dysfonctionnement lingual dans le cadre de l’infraclusion peut se définir sur un plan quantitatif et qualitatif.

Le premier plan est quantitatif, car cette béance dentaire signifie une langue trop protrusive, qui n’a évidemment pas effectué son recul, sa verticalisation, signe d’une évolution neuromotrice mature obtenue normalement à partir de trois ans environ [5]. C’est une langue très antériorisée, comme à la naissance. La sévérité de cette malposition linguale relève du temps passé dans cette position interarcades. Sur le plan morphogénétique, c’est essentiellement au niveau de sa position au repos que la langue exercera une influence néfaste sur les arcades dentaires et leur support [6]. En effet, le temps cumulé de pression statique d’une posture linguale erronée…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Troubles des conduites alimentaires : incidences sur la prise en charge orthodontique

Les différents troubles du comportement alimentaire Le DSM V définit six groupes de pathologies que l’on peut définir brièvement de...
ODF

Article réservé à nos abonnés La dysmorphophobie chez l’adolescent et les conséquences en orthopédie dento-faciale

Nous n’aborderons ici que la « demande » de traitement chez l’adolescent dans sa dimension esthétique. Les indications et les bénéfices fonctionnels...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (Partie 2) : Adhésion à l’émail

Depuis les travaux de Buonocore, suivis de ceux de Newman et Miura, puis l’introduction de la technique du mordançage acide...
Biomatériaux ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (partie 1) : définition et données actuelles

Les travaux de Buonocore en 1955, puis ceux de Bowen en 1965 ont ouvert la voie du collage d’attaches orthodontiques...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion de la « période de contention » chez l’adulte

Ne pas confondre dispositif de maintien et période de contention Le dispositif de maintien est la pièce maîtresse de la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Recommandations sur la contention

Hétérogénéité des pratiques [2] Les pratiques sont nombreuses et variées. En effet, la gouttière thermoformée est plébiscitée et utilisée au...