L’ostéointégration

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°1 - 15 mars 2017
Information dentaire
L’implantologie endo-osseuse est devenue extrêmement courante, notamment en chirurgie dentaire. Ce succès repose sur la capacité du tissu osseux à croître en contact direct avec des biomatériaux spécifiques, le titane étant une référence en la matière.
Ce processus physiologique est appelé « ostéointégration ».
Cet article est une introduction aux mécanismes de l’ostéointégration, dans laquelle nous définirons et décrirons brièvement le phénomène, ainsi que ses différentes étapes biologiques.

L’implantologie endo-osseuse est devenue extrêmement commune en chirurgie dentaire pour servir de support à des restaurations fixes ou amovibles. Les résultats obtenus sont très satisfaisants, avec un taux de succès de 95 % à dix ans pour un remplacement de dent unitaire [1]. Le succès du traitement implantaire repose sur l’obtention de l’ostéointégration, un processus biologique caractérisant l’interaction entre le tissu osseux et le biomatériau. Classiquement, lorsqu’un biomatériau est introduit dans le corps humain, il est rapidement isolé par une capsule fibreuse qu’il s’agit de maintenir la plus fine possible. La figure 1 montre un matériau phosphocalcique implanté en sous-gingival, autour duquel une capsule fibreuse s’est développée dans le but d’isoler le matériau, reconnu comme étranger, du reste de l’organisme et de son métabolisme.


Dans le cas de l’ostéointégration, le tissu osseux va croître en contact direct avec l’implant, sans interface fibreuse. Un exemple de ce contact étroit est bien visible sur la figure 2, où du tissu osseux néosynthétisé est apposé sur la surface d’un implant titane.


Ce processus d’ostéointégration est lié aux propriétés du tissu osseux d’une part, et du matériau d’autre part. Le succès du traitement repose donc aussi sur le choix du matériau. On peut citer ainsi le titane et ses alliages, les céramiques à base de zircone ou certains verres bioactifs.

Si le titane s’intègre si bien, c’est qu’il a la capacité de s’hydrater en surface. Cette particularité en fait un excellent candidat pour faciliter la régénération osseuse autour de l’implant, à commencer par la première étape de ce mécanisme, l’adsorption des protéines plasmatiques, adhésives et structurales [3].

Les différentes étapes de l’ostéointégration [4-6]

Dans un premier temps…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Matériaux à empreinte élastiques : les silicones par addition

Appelés également vinylpolysiloxanes (VPS), les silicones par addition sont les matériaux les plus utilisés dans l’élaboration d’empreinte élastique pour prothèse...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés What is ABRZ?

Definition of ABRZ The Acid Base Resistant Zone (ABRZ)1 is firstly reported [1] in 2004 as a part of the microstructure observed...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Understanding caries as a non-communicable disease current concepts of etiology and pathogenesis

Professeur à la Faculté de Sciences médicales de l’Université de Talca au Chili, Rodriguo Giacaman est un expert international en...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Overlay en composite réalisé par impression 3D : un des premiers cas cliniques et premières réflexions

La fabrication additive, plus couramment appelée impression 3D, est abordée depuis maintenant plusieurs années dans le domaine de la médecine...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Phénomènes d’usures par frottement au sein des dispositifs médicaux… En toute simplicité

Pascale Corne a réalisé une thèse d’université sur les mécanismes d’usures au sein des connexions implantaires co-dirigée par Jean Geringer,...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Usure abrasive à trois corps ou « Abrasion »

L’usure est la détérioration que produit l’usage. Au niveau des tissus dentaires, c’est une manifestation physiologique, cumulative et irréversible qui...