La connexion implanto-prothétique : aspects biologiques, mécaniques et esthétiques

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°2 - 11 juin 2020 (page 175-183)
Information dentaire
Les systèmes implantaires proposent actuellement de nombreuses options de connexions entre le col implantaire et la suprastructure prothétique. Celles-ci peuvent être actives ou passives, indexées ou non indexées, et internes à l’implant ou externes. Les connexions externes sont plutôt destinées à la prothèse plurale de par leur faible engagement. Les connexions internes sont les plus polyvalentes, permettant une utilisation en prothèse unitaire, mais aussi plurale. Elles sont plus étanches que les connexions externes, même si elles finissent toutes par être contaminées. Elles décalent le joint implant/pilier vers le centre de l’implant, éloignent ainsi les processus inflammatoires liés à cette contamination du joint de connexion, et stabilisent le tissu conjonctif en créant un joint torique. La précision d’adaptation de cette connexion est garante de l’étanchéité mais aussi de la pérennité biomécanique de l’assemblage en limitant les phénomènes d’usure et de fractures. Enfin, parmi les options de matériaux, seul le titane convient pour les connexions indexées, la zircone risquant d’user le titane implantaire.

L’ostéointégration, bien maîtrisée à l’heure actuelle, ne constitue plus le seul critère définissant un « succès implantaire ». En effet, s’y ajoute la recherche d’une restauration prothétique intégrée au contexte gingivo-dentaire environnant, tant sur le plan esthétique que fonctionnel. Cela suppose tout d’abord une préservation maximale, voire une reconstruction, des tissus ostéo-muqueux péri-implantaires [1] ; puis, une approche prothétique adéquate. La littérature récente montre que les restaurations implantoportées fixées présentent une bonne longévité, celle-ci concernant aussi bien l’implant que la suprastructure, qu’elle soit unitaire ou plurale [2-4]. Le succès à court terme est grandement conditionné par la gestion de la zone transmuqueuse, qui doit à la fois mimer au mieux l’émergence naturelle de la dent pour assurer la persistance des papilles, mais aussi favoriser un environnement nettoyable et peu propice au développement du biofilm bactérien. À moyen et long terme, les aspects occlusaux, de même que les aspects mécaniques liés aux matériaux ou à l’assemblage deviennent prépondérants. Ainsi, le mode de connexion entre l’implant et la restauration prothétique sus-jacente (pilier ou couronne transvissée) impacte non seulement la stabilité de l’assemblage, mais aussi celle des tissus naturels environnants. Cet article se propose de faire le point sur les formes de connexions prothétiques existantes et sur l’impact de ces choix sur les plans biologiques et biomécaniques.

Formes et situations des connexions implantaires

Les édifices implantaires comprennent tous une connexion entre l’implant lui-même, et l’(es) élément(s) prothétique(s). La forme et le positionnement spatial de l’implant au niveau de cette jonction (prothèse/implant) définissent le type de la connexion.

Schématiquement, la forme de la connexion implantaire peut soit émerger de l’implant, constituant…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Enseignements pratiques des restaurations partielles postérieures : conception d’un outil pédagogique

L’évolution des matériaux constitutifs des restaurations prothétiques et des systèmes d’assemblage a conduit à un véritable changement de paradigme dans...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Concept d’arcade courte en prothèse amovible complète

Le traitement par prothèses amovibles des édentements totaux maxillaire et mandibulaire demande la réalisation de contacts dento-dentaires dans les secteurs...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation maxillaire par prothèse obturatrice

Les pertes de substance maxillaires d’étiologies carcinologiques représentent des réhabilitations orales complexes à réaliser. Elles sont la conséquence de chirurgies...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation de l’édenté complet par une PACSI maxillaire

Malgré des progrès en termes de prévention, d’accès aux soins ou encore de techniques et de matériaux permettant de préserver...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse complète implanto-portée : stratégies de traitement

La difficulté des traitements par prothèse complète implanto-portée ne réside pas dans la prise d’empreinte ou la gestion de l’occlusion,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation globale d’une usure sévère par reconstitutions adhésives en céramique

Le traitement de l’usure dentaire est une situation clinique à laquelle les praticiens sont de plus en plus confrontés, représentant...