La gestion de l’occlusion en prothèse fixe implanto-supportée

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°1 - 5 mars 2020

120 µm incisives

Information dentaire

La finalité de toute réhabilitation prothétique est soit de s’intégrer de manière unitaire ou partielle et de renforcer un schéma occlusal existant et considéré comme fonctionnel, soit de reconstruire de manière globale une nouvelle occlusion qui réponde aux critères d’une occlusion fonctionnelle. Si les règles de conception et de réglage de l’occlusion des prothèses dento-portées sont parfaitement codifiées et validées, il n’en est pas de même des prothèses implanto-supportées. Les dents et les implants présentent une physiologie différente qui leur donne un comportement occlusal différent et une capacité d’adaptation fonctionnelle limitée, avec en particulier une notion de seuil de contrainte à ne pas dépasser sur les implants, sous peine de mettre en péril la suprastructure prothétique dans un premier temps, et la pérennité de l’implant dans un second temps.

Le but de cet article est de faire le point sur les règles occlusales à respecter lors de la pose d’une prothèse sur implant en sachant que l’objectif ultime est de garder les implants sous-jacents en bonne santé.

Les réhabilitations prothétiques sur implant permettent de gérer un grand nombre de situations cliniques.

Parmi les facteurs influençant le devenir des implants ostéointégrés, le facteur occlusal joue un rôle important, même s’il n’existe pas dans la littérature de protocole validé scientifiquement qui permette de systématiser cette intégration occlusale.

La capacité proprioceptive très développée de la dent, opposée au faible pouvoir discriminatif de l’implant, implique un réglage de l’occlusion différent sur ces deux entités, qui présentent des seuils de surcharge occlusale différents. Il est décrit [1,2] qu’une contrainte occlusale peut avoir un effet positif sur l’os péri-implantaire en le stimulant et en renforçant l’ostéointégration, ou devenir délétère à partir d’un certain seuil, responsable de complications prothétiques ou biologiques [2,3].

La prévention de la surcharge occlusale et de son seuil reste donc un objectif majeur lors de la pose d’éléments prothétiques implantaires et du réglage de l’occlusion statique et cinétique.

Les autres éléments à prendre en considération sont la distribution, la direction et l’intensité des forces occlusales qui agissent sur l’implant et qui sont sous la dépendance de la morphologie occlusale.

La conception de la prothèse sur implant et l’orientation des charges qui en résulte sont des étapes fondamentales dans la chronologie thérapeutique et la survie de l’implant.

Le but de cet article est de faire le point sur l’approche occlusale des réhabilitations prothétiques fixes sur implant et de proposer une chronologie thérapeutique dans ce type de reconstruction.

Différences physiologiques entre la dent naturelle et l’implant

La dent naturelle et l’implant ont deux physiologies différentes (fig. 1) en rapport avec la présence du ligament parodontal présent autour de la racine de la dent naturelle et absent autour de l’implant.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Reconstruction en antéposition

Les chirurgiens-dentistes sont parfois confrontés à des réhabilitations orales complexes. Les difficultés peuvent être dues à des délabrements ou des...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Reconstruction en antéposition

Les chirurgiens-dentistes sont parfois confrontés à des réhabilitations orales complexes. Les difficultés peuvent être dues à des délabrements ou des...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Les infraclusions des molaires temporaires et la gestion du volume osseux résiduel

Quand un traitement orthodontique est indiqué dans le cadre de la persistance d’une molaire temporaire, l’orthodontiste doit toujours choisir entre...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Prise en charge des SAHOS chez l’enfant et l’adulte. À propos de deux cas cliniques

Physiopathologie du SAHOS Le SAHOS est décrit, selon la Haute Autorité de Santé (HAS), « par la survenue, pendant le sommeil,...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Gestion moderne de l’occlusion

Les évolutions constantes en dentisterie numérique nous ont amenés à adapter une grande partie des fondamentaux de l’occlusion aux nouveaux...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Antéposition mandibulaire : une nouvelle approche de la prise en charge des classes II squelettiques hyperdivergentes avec béance antérieure

La prise en charge de patients présentant une classe II squelettique hyperdivergente présente certaines caractéristiques qui en font, en orthodontie,...