La gestion des accidents d’exposition au sang

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°15 - 14 avril 2021 (page 37-40)
Information dentaire

Le praticien et son équipe ont l’habitude de prendre en charge les « accidents » survenus aux patients (dents cassées, fracturées, usées…). Mais le cabinet dentaire peut aussi être le lieu d’événements indésirables pour eux, qu’il convient d’anticiper et de savoir gérer s’ils surviennent. Parmi eux figure l’accident d’exposition au sang (AES), rare mais générateur d’un stress important.

Définition de l’AES

L’article 1 de l’arrêté du 10 juillet 2013 relatif à la prévention des risques biologiques auxquels sont soumis certains travailleurs susceptibles d’être en contact avec des objets perforants définit l’accident d’exposition au sang (AES) comme tout contact avec du sang ou un liquide biologique contenant du sang et comportant soit une effraction cutanée (piqûre, coupure), soit une projection sur une muqueuse (œil…) ou sur une peau lésée. Sont assimilés à des AES les accidents survenus dans les mêmes circonstances avec d’autres liquides biologiques (tels que le liquide céphalorachidien, le liquide pleural, les secrétions génitales…) considérés comme potentiellement contaminants, même s’ils ne sont pas visiblement souillés de sang.

Risque de séroconversion par exposition percutanée

Les AES peuvent être des situations véhiculant certaines maladies infectieuses à travers les bactéries, virus, parasites, etc., mais on redoute surtout la transmission de :

  • l’hépatite B (VHB) : hépatite fulminante avec décès, hépatite chronique (30 % de risque en l’absence de vaccination) ;
  • l’hépatite C (VHC) : hépatite chronique, cirrhose, hépatocarcinome (3 % de risque) ;
  • le SIDA (VIH) : 0,3 % de risque.

Les facteurs de risque de transmission d’un virus par le sang sont :

  • une aiguille creuse contenant du sang ;
  • la profondeur de la blessure ;
  • la charge virale du patient source ;
  • la quantité de sang inoculé ;
  • l’absence de protection (le port de gants n’empêche pas la piqûre, mais permet de réduire le risque de contamination par un principe d’essuyage du biseau de l’aiguille au moment de la piqûre).

Précautions standards

La prévention des AES est indispensable pour garantir la sécurité des professionnels et des patients. Elle repose essentiellement sur le respect de précautions standards qui doivent être adaptées en fonction des soins…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

Article réservé à nos abonnés La trousse d’urgence

La législation est assez floue sur le contenu nécessaire de la trousse de secours à détenir au cabinet dentaire. On...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les brûlures au cabinet dentaire

Définition Une brûlure peut être considérée comme une destruction du revêtement cutané, voire des tissus sous-jacents, consécutive à l’action d’agents...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Ne pas se fier aux apparences

1. Quel(s) diagnostic(s) doit-on évoquer en première intention ? a. Epulis b. Abcès parodontal c. Fibrome d. Abcès d’origine endodontique 2....
Médecine

Article réservé à nos abonnés À propos de lésions buccales chroniques généralisées en période de pandémie Covid-19

À l’interrogatoire, le patient affirme qu’il a des difficultés à maintenir une hygiène bucco-dentaire satisfaisante du fait des douleurs, et...
Médecine

Article réservé à nos abonnés À propos d’une image radio-opaque maxillaire

1. Quels sont les diagnostics à évoquer ? a. Odontome complexe et dent incluse b. Dysplasie péri-apicale c. Tumeur odontogénique...
Médecine

Article réservé à nos abonnés La trousse d’urgence au cabinet dentaire

En juillet 2008, le Conseil de l’Ordre des Chirurgiens-Dentistes édite dans sa lettre mensuelle des recommandations quant à la possession...