La prescription médicamenteuse sédative et antalgique chez l’enfant

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°21 - 25 mai 2022 (page 20-28)
Information dentaire
La perception et la compréhension de la douleur chez l’enfant ont longtemps été tributaires de croyances et de convictions. Le fait d’avoir mal lui était refusé. Avant les années 1980, l’idée était largement acceptée que le nouveau-né ne souffrait pas et n’avait donc besoin ni d’anesthésie ni d’analgésie. La notion de douleur de l’enfant n’est pas apparue avant le XXe siècle. Proportionnellement à l’adulte, l’enfant recevait 13 fois moins d’antalgie [1]. Aujourd’hui, il est clairement acquis que dès la 24e semaine de gestation, le fœtus dispose de toutes les structures nécessaires, sur les plans anatomique et physiologique, à la perception d’un stimulus nociceptif [2]. Des avancées considérables ont été réalisées dans le domaine de l’analgésie chez l’enfant, initialement pour des situations de douleurs aiguës ou postopératoires, puis progressivement pour toutes les douleurs.

L’enseignement de la douleur de l’enfant dans les facultés, la validation de protocoles, la mise sur le marché de formes galéniques spécifiques adaptées et le développement de structures dédiées (Centres antidouleur, Comités de Lutte contre la Douleur…) ont permis une amélioration conséquente de sa prise en charge. Cependant, des inégalités de connaissances persistent, conduisant à des difficultés de prescription (choix des molécules, galéniques…) et, parfois, à des craintes d’erreurs d’administration. Ainsi, la douleur chez l’enfant reste parfois sous-évaluée et par conséquent sous-analgésiée (sous-dosage fréquent des antalgiques en termes de posologie et de nombre de prises prescrites).

L’administration d’un antalgique sûr et efficace à un enfant nécessite de garder en mémoire l’importante variabilité et les changements constants que subit son organisme dans cette période de la vie [1]. En effet, l’enfant est un organisme en maturation, loin d’être un simple adulte en miniature. Les transformations physiologiques au cours de sa croissance sont complexes et modifient considérablement les grandes étapes du devenir des médicaments (pharmacocinétique). Il importe de comprendre qu’il n’y a pas de proportionnalité entre un enfant et un adulte. Une même dose, normalisée selon le poids du corps, administrée chez un enfant et chez un adulte ne permettra pas d’obtenir la même réponse pharmacologique, ni les mêmes effets thérapeutiques [3].

Un traitement qui a montré son efficacité chez l’adulte n’est pas obligatoirement un traitement efficace chez l’enfant. Les enfants doivent bénéficier d’analgésiques ayant été spécialement développés et étudiés pour une utilisation pédiatrique (autorisation de mise sur le marché – AMM – pédiatrique). La prescription des formes galéniques adaptées est essentielle pour l’efficacité du traitement, son observance et sa sécurité d’administration…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Prise en charge d’un accroissement gingival généralisé chez une enfant de 6 ans à l’aide du flux numérique

Motif de consultation En 2022, nous recevons Julia*, 5 ans, dans le cadre du Centre de compétence des maladies rares...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Prothèse amovible complète pédiatrique : réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un jeune patient âgé de 5 ans se présente en consultation d’odontologie pédiatrique avec, comme seul antécédent médical connu, la...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Anomalies de structure : mieux diagnostiquer pour mieux traiter

Le diagnostic précoce et la prise en charge adéquate des anomalies de structure est un challenge que tout chirurgien-dentiste est...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Maintien de l’espace : quand et comment ?

Tableau 1. Malocclusions rencontrées dans les trois sens de l’espace à la suite de la perte prématurée d’une ou plusieurs DT...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Luxations des dents permanentes immatures : gestion de l’urgence

Lors d’une luxation des dents permanentes immatures, ce sont les incisives maxillaires qui sont le plus souvent concernées [2]. Ces...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Regards croisés sur l’extraction des premières molaires permanentes atteintes d’Hypominéralisation Molaire-Incisive (MIH)

L’acronyme MIH désigne l’Hypominéralisation Molaire-Incisive, une anomalie qualitative de l’émail dentaire, touchant une à quatre premières molaires permanentes (PMP) et...