La prise en charge des habitudes de succion non nutritive

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°2 - 15 juin 2015 (page 97-104)
Information dentaire
Résumé
Les habitudes de succion non nutritive sont très fréquentes dans la petite enfance. Elles cessent généralement avant quatre ans mais prolongées elles peuvent altérer le développement dento-squelettique. L’’omnipraticien doit inciter l’’enfant à l’arrêt de cette praxie, préférentiellement par des techniques de renforcement positif ou des « aide-mémoire » (sparadrap, gant, vernis amer). En cas d’’échec, des dispositifs intrabuccaux peuvent être proposés, comme des grilles anti-pouce ou des appareils fonctionnels. Ces outils sont très efficaces une fois la coopération de l’enfant acquise. Le but de cet article est de faire le point sur la prévalence, les facteurs de risque de la succion non nutritive et le rôle de l’’omnipraticien dans la gestion de l’arrêt de la parafonction, voire la correction des anomalies déjà présentes.

Implication clinique
Notre but ici est d’amener l’omnipraticien à prendre conscience du rôle fondamental qu’il devra jouer dans la prévention des habitudes de succion non nutritive. Un accent particulier est mis sur la communication avec les parents, dès le plus jeune âge. Une fois la succion non nutritive installée, des solutions simples et efficaces sont envisagées, depuis les méthodes incitatives non invasives, jusqu’aux techniques coercitives par appareillages fixes.

Quelle maman ne s’est pas interrogée, et ne nous a pas interrogés, sur l’intemporelle question de la succion du doigt ou de la tétine ? Le chirurgien-dentiste traitant devient alors bien souvent un interlocuteur averti qui sait conseiller sur le moment opportun de l’arrêt de la succion non nutritive ou avertir des dangers bucco-dentaires qui sont liés. Il se révèle aussi être un précieux allié des parents quand il s’agit de convaincre l’enfant ou de l’aider si, malgré ses efforts, le « sevrage » est trop difficile. S’il est un domaine traditionnellement dévolu à l’orthopédie dento-faciale, où l’omnipraticien peut tout à fait jouer un rôle déterminant, c’est bien celui de l’interception et en particulier dans le cas de la succion non nutritive. Parce qu’il est « plus facile de prévenir que de guérir », parce que les parents rencontrent bien plus tôt le chirurgien-dentiste traitant que l’orthodontiste (la question de la succion non nutritive peut d’ailleurs être posée lors d’une consultation pour un tout autre motif, ou pour un autre patient que l’enfant concerné), et parce que l’interception, quand elle est bien conduite, permettra de considérablement simplifier, voire d’éviter, le traitement orthodontique ultérieur (1, 2). Tout l’art réside donc dans la bonne communication entre omnipraticien et enfant, omnipraticien et parents, omnipraticien et orthodontiste, en cas de besoin.

Définition de l’Habitude de Succion Non Nutritive (HSNN)

La succion-déglutition est un phénomène réflexe qui commence avant même la naissance. C’est la première fonction motrice à se mettre en place chez le fœtus : le bébé déglutit le liquide amniotique dès la 12e semaine après sa conception tandis que les échographies peuvent révéler une succion du doigt dès la vie in utero. Ce comportement naturel fait partie des réflexes « archaïques ». Il s’avère même vital puisque c’est bien…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Adapter sa stratégie thérapeutique aux caractéristiques de l’infraclusion antérieure

Comme le montrent les différents articles des deux numéros coordonnés par Sarah Chauty consacrés à l’infraclusion antérieure, les orthodontistes disposent...
ODF

Article réservé à nos abonnés Contention de l’infraclusion : vers de nouvelles approches

La stabilité de la correction de l’infraclusion est difficile : croissance résiduelle verticale qui s’exprime en fin d’adolescence, dysfonctions, voire persistance...
ODF

Article réservé à nos abonnés Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu

Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu Cas clinique En 2008, la patiente, âgée de 34 ans,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement orthodontique de l’infraclusie : que pouvons-nous attendre des ancrages osseux ?

Les infraclusies antérieures chez l’hyperdivergent constituent un challenge pour l’orthodontiste (fig. 1 a-c) [1]. Les approches thérapeutiques conventionnelles s’avèrent actuellement peu efficaces chez...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion orthodontique des infraclusions antérieures

Les anomalies de la dimension verticale sont une des composantes essentielles des dysmorphies faciales et sont étroitement liées aux phénomènes...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’infraclusion : point de vue du kinésithérapeute, Hélène Gil

Quelles sont les difficultés de traitement par kinésithérapie de l’infraclusion ou béance antérieure ? Hélène Gil : De nombreux articles [1-2] relatent le rapport...