La relation malade-médecin en souffrance(s) ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°4 - 15 septembre 2021 (page 38-44)
Information dentaire

La presse se fait l’écho d’un malaise grandissant dans notre système de santé. D’un côté des malades insatisfaits, revendicatifs, qui seraient de plus en plus nombreux à porter plainte. De l’autre des médecins, des soignants en grande difficulté, chiffres à l’appui, qui attestent d’un taux croissant d’épuisements professionnels, de dépressions et de suicides.

Si la relation patient-médecin demeure le socle essentiel de tout acte de soin, elle vacille sur ses bases. Essayons de comprendre son évolution à la lumière des transformations profondes de notre société : ses progrès techniques, ses nouvelles formes cliniques, ses politiques de santé et ses valeurs structurelles.

Le témoignage des patients que nous ren­controns montre que la plupart se déclarent satisfaits de leurs médecins et reconnaissants. Ils se sentent en confiance.Il existe, par ailleurs, de nombreux médecins heureux et épanouis dans un travail qu’ils estiment gratifiant.

Ce constat posé, il n’en reste pas moins que quelque chose a changé dans la relation entre patients et médecins, depuis des décennies déjà, qui semble prendre de l’ampleur et qu’il faut pouvoir reconnaître. Le malaise est croissant du côté des médecins (il conviendrait de distinguer l’exercice hospitalier et l’exercice libéral, et les différences entre spécialités), des urgentistes, des internes, dont la souffrance au travail est devenue véritablement préoccupante.

Il ne s’agit en aucune façon d’instruire à charge ou à décharge dans un manichéisme simplificateur, entre “c’était mieux avant !”, “rien ne va plus !” et inversement, mais d’essayer de mettre en lumière les mouvements de société qui conduisent au réaménagement d’une relation aussi investie que celle qui lie un patient à son médecin et le médecin à son patient.

Les transformations du lien médecin-patient sont la conséquence des mouvements de notre histoire : la désacralisation…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Adapter sa stratégie thérapeutique aux caractéristiques de l’infraclusion antérieure

Comme le montrent les différents articles des deux numéros coordonnés par Sarah Chauty consacrés à l’infraclusion antérieure, les orthodontistes disposent...
ODF

Article réservé à nos abonnés Contention de l’infraclusion : vers de nouvelles approches

La stabilité de la correction de l’infraclusion est difficile : croissance résiduelle verticale qui s’exprime en fin d’adolescence, dysfonctions, voire persistance...
ODF

Article réservé à nos abonnés Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu

Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu Cas clinique En 2008, la patiente, âgée de 34 ans,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement orthodontique de l’infraclusie : que pouvons-nous attendre des ancrages osseux ?

Les infraclusies antérieures chez l’hyperdivergent constituent un challenge pour l’orthodontiste (fig. 1 a-c) [1]. Les approches thérapeutiques conventionnelles s’avèrent actuellement peu efficaces chez...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion orthodontique des infraclusions antérieures

Les anomalies de la dimension verticale sont une des composantes essentielles des dysmorphies faciales et sont étroitement liées aux phénomènes...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’infraclusion : point de vue du kinésithérapeute, Hélène Gil

Quelles sont les difficultés de traitement par kinésithérapie de l’infraclusion ou béance antérieure ? Hélène Gil : De nombreux articles [1-2] relatent le rapport...