La régénération osseuse guidée en implantologie : une approche revisitée après trente ans d’expérience

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°14 - 5 avril 2023 (page 14-26)
Information dentaire
Une proportion importante des sites implantés bénéficie désormais d’un geste d’augmentation osseuse. Les protocoles et matériaux sont très variés. L’objectif de cet article est de faire un état des lieux des pratiques et des tendances actuelles.

Remaniements tissulaires post-extractionnels

L’extraction d’une dent déclenche une série de modifications des tissus environnants [1]. Il existe un affaissement du volume osseux dans les sens vertical et transversal ; simultanément, la muqueuse kératinisée en regard du site d’extraction s’affine [2]. D’un point de vue cinétique, le remodelage serait rapide dans les 3 à 6 premiers mois suivant l’extraction puis son rythme ralentirait [3]. Six mois après l’extraction, le volume osseux aurait perdu entre un et deux tiers de son épaisseur et de 10 à 20 % de sa hauteur [3]. En valeurs absolues, ces changements atteignent plusieurs millimètres [4]. D’un point de vue topographique, le remodelage est asymétrique. La table vestibulaire se résorbe plus que son homologue linguale ou palatine, vraisemblablement en raison de son extrême finesse [5, 6, 7].

Régénération osseuse guidée

Le concept de régénération osseuse guidée (ROG) est issu des travaux de Nyman en parodontologie [8] et Dahlin [9]. Le principe est d’utiliser une barrière physique pour séparer les tissus mous de la zone du défaut osseux. En effet, le tissu osseux se reconstitue beaucoup plus lentement que les tissus de recouvrement. Il s’agit ainsi de se prémunir du risque de colonisation du défaut par les cellules épithéliales et conjonctives le temps de l’ostéogénèse dans le défaut [7].

La définition retenue dans cet article est celle du consensus de Bologne [10] : « Toute technique chirurgicale impliquant l’application d’une membrane résorbable ou non et d’os particulaire est considérée comme une technique de régénération osseuse guidée (ROG). »

Ainsi, il est possible de recourir aux techniques de ROG après une extraction dans un but de préservation alvéolaire, pour augmenter le volume osseux de sites cicatrisés ou encore dans le cas de comblements sous-sinusiens.

Matériaux

Os et substituts

L’os autogène était décrit comme…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie

Article réservé à nos abonnés Intérêts des piliers de cicatrisation Iphysio dans la gestion du profil d’émergence en implantologie

Les critères de succès de l’ostéointégration sont définis depuis des décennies (immobilité de l’implant, pas de radio transparence autour de...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Greffes osseuses : incontournables ou surtraitement ? La battle

Responsable scientifique : Romain Doliveux Intervenants : Aurélien Thollot, Sepehr Zarrine La perte de l’organe dentaire est toujours suivie d’un remodelage alvéolaire...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Le défi de l’implant sous-sinusien

Responsable scientifique : Julien Mourlaas Intervenants : Frédéric Chamieh, Alexandre Dagba Proposée initialement par Tatum en 1977, reprise par Boyne...
Implantologie Implantologie prothétique Prothèse

Article réservé à nos abonnés Ma première prothèse sur implant

Responsable scientifique : Anne Benhamou Intervenante : Laurine Birault La prothèse sur implants constitue une solution thérapeutique fiable, présentant des...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Traitement d’une péri-implantite et son suivi : est-ce réellement aussi simple ?

Le patient 54 ans Parodontite traitée en 2015 stabilisée, puis plusieurs épisodes d’activation sur les dernières années Prise en charge...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Couple d’insertion élevé et péri-implantite

Le lien possible entre un couple d’insertion élevé et le déclenchement ultérieur d’une péri-implantite est parfois évoqué en conférence (Choukroun...