L’apport des dispositifs électroniques d’enregistrement de la cinématique mandibulaire dans le flux de travail numérique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°29 - 6 septembre 2023 (page 51-56)
Information dentaire
Les dispositifs numériques d’acquisition de l’arc facial et des excursions mandibulaires d’un patient connaissent une popularité grandissante depuis quelques années en France. Sans qu’ils soient des outils nécessairement indispensables au dépistage des dysfonctionnements de l’ATM ou à l’élaboration d’un plan de traitement prothétique, ils se révèlent être d’une aide précieuse au quotidien, tant au cabinet dentaire qu’au laboratoire, pour mener à bien de manière ajustée et personnalisée le flux de travail prothétique.

Ayons à l’esprit quelques fondamentaux. La simulation de la dynamique mandibulaire d’un patient et la position de son axe charnière sont nécessaires dès lors qu’on aborde des réhabilitations complexes, pas nécessairement de grande étendue. C’est le rôle de nos articulateurs ajustables (fig. 1). L’utilisation de tables de transfert du maxillaire selon des valeurs moyennes est une première approche, qui pourra suffire dans un petit nombre de cas seulement. Plus de 85 % de tous les travaux de prothèse sont encore réalisés aux valeurs moyennes ! L’utilisation d’un arc facial (fig. 2-3), peu usitée car légèrement chronophage, affine la position de l’axe de rotation mandibulaire par rapport à l’axe transverse de l’articulateur, et donc la précision des mouvements excentrés mandibulaires. Enfin, l’enregistrement des déterminants postérieurs de l’occlusion – angles de Bennett et pentes condyliennes en particulier – permet de disposer de manière aboutie d’un avatar du patient offrant la possibilité de gérer finement au laboratoire les rapports occlusaux des réhabilitations (fig. 4). Ces dispositifs sont restés peu usités car longs et fastidieux à mettre en pratique.

Un dispositif numérique permettant l’enregistrement simultané de l’arc facial et de l’axiographie en quelques minutes, avec un nombre de manipulations limité, a été développé dès les années 2000 par la société allemande Zebris (fig. 5). Le logiciel Exocad s’est doté dès les années 2010 d’un module spécifique pour l’intégration dans la scène de design des données enregistrées – module Jaw Motion Import. Dentsply-Sirona a développé quant à elle un autre système nommé Sicat-Function (fig. 6). Des fabricants de caméras intra-orales, dont 3Shape et Medit, ont également inclus à leurs scanners des fonctions logicielles permettant l’enregistrement de petits mouvements mandibulaires.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

CFAO Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés Prothèse amovible et CFAO

Séance CNO Responsable scientifique : Christophe Azevedo Intervenants : Jean Bonnet, Samy Benchikh Bien que ne mettant pas au rebut les méthodes...
CFAO

Article réservé à nos abonnés Flux numérique et restauration imprimée en dentisterie restauratrice

Cas clinique Une patiente de 42 ans, sans antécédents généraux, consulte pour une douleur en bas à droite lorsqu’elle mange...
CFAO

Article réservé à nos abonnés La gestion fonctionnelle occlusale en numérique. Comment ça mâche ? Comment ça « match » ?

Mon histoire Cet article porte sur l’utilisation des nouvelles technologies dans notre profession et j’aimerais, afin d’illustrer mon propos, vous...
CFAO

Article réservé à nos abonnés Le numérique à tout prix ?

Peut-être faudrait-il commencer par s’intéresser de près aux diverses formations existantes et s’attarder sur les protocoles déjà établis. Nos professions...
CFAO

Article réservé à nos abonnés La digitalisation des teintes. Pourquoi ? Comment ? Pour quels résultats ?

La prise de teinte au cabinet dentaire n’est qu’une première étape pour la réussite de l’intégration de nos céramiques. Le...
CFAO

Article réservé à nos abonnés L’impression 3D dans le quotidien du chirurgien-dentiste et du laboratoire de prothèse

Aujourd’hui, s’équiper en numérique n’est plus une option, c’est une question de survie. Dans un contexte où la liberté tarifaire...