L’assemblage collé en orthodontie (partie 1) : définition et données actuelles

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°2 - 15 octobre 2023 (page 64-72)
Information dentaire
L’orthodontiste est amené quotidiennement à coller (attaches, fils de contention, taquets des aligneurs, etc.) sur différents substrats (émail et parfois dentine) et matériaux (métal, céramique, composite ou résine). Trois grandes familles de matériaux de collage sont aujourd’hui utilisées en orthodontie : les résines composites associées à différents systèmes adhésifs, les CVIMAR et les colles auto-adhésives. La maîtrise des procédures de collage participe au bon déroulement des thérapeutiques orthodontiques et conditionne l’organisation du cabinet : les décollements d’attaches sont une problématique majeure. Du fait du coût important généré par le remplacement d’attaches décollées, il est donc essentiel de les limiter au maximum. Ainsi, le praticien doit être très bien formé sur les principes généraux du collage et les différents protocoles appliqués. Par ailleurs, de nombreux systèmes de collage performants sont actuellement disponibles sur le marché dentaire, mais n’ont pas toujours été intégrés dans la pratique orthodontique. Dans ce premier article d’une série de quatre, nous décrirons en détail l’assemblage collé, ses différents partenaires et les différentes interfaces mises en jeu. Puis, nous présenterons sous forme de schémas les assemblages collés les plus fréquemment rencontrés par l’orthodontiste.

Les travaux de Buonocore en 1955, puis ceux de Bowen en 1965 ont ouvert la voie du collage d’attaches orthodontiques sur l’émail. Depuis, le collage est un outil majeur pour l’orthodontiste. Avec l’augmentation de la demande de traitements notamment chez l’adulte, l’orthodontiste est amené à coller des attaches sur différents substrats (émail, mais parfois aussi dentine) et matériaux (métal, céramique composite ou résine) [1-3].

Le respect et la maîtrise des procédures de collage participent au bon déroulement des thérapeutiques fixes par multi-attaches et conditionnent l’organisation du cabinet d’orthodontie. Depuis l’introduction des premiers systèmes de collage, l’évolution constante et la diversité des matériaux disponibles nécessitent pour le praticien une bonne connaissance de l’assemblage collé et un état des lieux régulier des différents systèmes de collage proposés. Cet état des lieux complet a été fait pour la dernière fois il y a plus de dix ans [4-10] et n’a pas été réactualisé depuis. Actuellement, trois grandes familles de matériaux de collage sont employées en orthodontie : les résines composites associées à différents systèmes adhésifs [4-6], les CVIMAR [7] et les colles auto-adhésives [8]. Ceci est souvent connu, mais les progrès enregistrés avec l’apparition des adhésifs universels en dentisterie n’ont pas ou seulement très peu été utilisés en orthodontie.

Le but de cette série d’articles est de synthétiser tout ce que l’orthodontiste doit savoir pour optimiser ses collages. Nous décrirons d’abord l’assemblage collé (partie 1) en détaillant les différents partenaires et les différentes interfaces entrant en jeu, puis les conditions d’un collage performant (partie 2), les colles actuelles avec la nouvelle génération des adhésifs universels (partie 3) et enfin les protocoles de collage actualisés sur les matériaux (partie 4).

Les partenaires de l’assemblage…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Orthodontie et rééducation myofonctionnelle orofaciale assistée par gouttière

Rééducation myofonctionnelle orofaciale : la clef de voûte de la stabilité thérapeutique La rééducation myofonctionnelle orofaciale (RMOF) prend en compte l’ensemble des...
ODF

Article réservé à nos abonnés Troubles des conduites alimentaires : incidences sur la prise en charge orthodontique

Les différents troubles du comportement alimentaire Le DSM V définit six groupes de pathologies que l’on peut définir brièvement de...
ODF

Article réservé à nos abonnés La dysmorphophobie chez l’adolescent et les conséquences en orthopédie dento-faciale

Nous n’aborderons ici que la « demande » de traitement chez l’adolescent dans sa dimension esthétique. Les indications et les bénéfices fonctionnels...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (Partie 2) : Adhésion à l’émail

Depuis les travaux de Buonocore, suivis de ceux de Newman et Miura, puis l’introduction de la technique du mordançage acide...
Biomatériaux Endodontie

Article réservé à nos abonnés Impact du type de restaurations collées sur l’accès aux canaux lors d’un retraitement endodontique

La restauration de la dent dépulpée postérieure a longtemps été stéréotypée, avec comme proposition de restauration presque systématique la couronne...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Tenons fibrés usinés personnalisés et tenons fibrés conventionnels : quelle résistance à la fracture ?

La conception d’un tenon intra-radiculaire sur une dent devant être couronnée est censée renforcer la résistance globale des tissus résiduels,...