Le bridge collé cantilever

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°5 - 15 décembre 2016 (page 26-31)
Information dentaire

cas cliniques et considérations orthodontiques

Les édentements consécutifs aux agénésies d’incisives latérales peuvent être compensés de différentes manières : la prothèse implanto-portée ou le bridge collé.

Si l’essor de l’implantologie au cours de la première décennie du 21e siècle a nettement favorisé cette approche, perçue comme une solution définitive autant par certains chirurgiens-dentistes que par les patients, elle montre de plus en plus ses limites en particulier chez l’adolescent [1].

L’autre option concerne les bridges collés. Largement décrites et étudiées depuis leur introduction au début des années 1970, ces constructions sont nées en France grâce à Rochette en 1973 [2]. Le Pr Degrange et le Dr Samama ont par la suite enseigné ces thérapeutiques [3-5]. Les avantages de cette technique sont nombreux : les résultats esthétiques sont excellents, la survie est bien documentée, 2 ou 3 séances cliniques suffisent à les réaliser et enfin, la préservation tissulaire est maximale. De plus, cette thérapeutique n’exclut pas la solution implantaire dans un second temps.

Pourtant, les bridges collés n’ont pas connu l’engouement qu’ils méritaient et nous, les orthodontistes, sommes confrontés aux réticences des praticiens à les mettre en œuvre. Une évolution de ces bridges est apparue ces dernières années. Une analyse de la littérature internationale montre qu’il est en effet possible, voire mieux pour certains auteurs, de coller une seule ailette sur un pilier, solidaire de l’intermédiaire [6]. C’est le principe des bridges collés cantilever. Ces bridges cantilever collés sur un unique pilier présentent une excellente survie et de bons résultats esthétiques ; ils sont « faciles » à réaliser, restent très peu mutilants et peuvent être effectués en céramique, matériau plus esthétique et plus biocompatible que le métal. De plus, les manœuvres de nettoyage sont facilitées par le passage aisé d’un fil sous l’intermédiaire…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (Partie 2) : Adhésion à l’émail

Depuis les travaux de Buonocore, suivis de ceux de Newman et Miura, puis l’introduction de la technique du mordançage acide...
Biomatériaux ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (partie 1) : définition et données actuelles

Les travaux de Buonocore en 1955, puis ceux de Bowen en 1965 ont ouvert la voie du collage d’attaches orthodontiques...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion de la « période de contention » chez l’adulte

Ne pas confondre dispositif de maintien et période de contention Le dispositif de maintien est la pièce maîtresse de la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Recommandations sur la contention

Hétérogénéité des pratiques [2] Les pratiques sont nombreuses et variées. En effet, la gouttière thermoformée est plébiscitée et utilisée au...
ODF

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la contention en cas de parodontite

Les parodontites sont des pathologies d’origine bactérienne, aggravées par de nombreux facteurs (tabac, génétique, hygiène…) [1] et conduisant à une...
ODF

Article réservé à nos abonnés Approches multiples et variées pour contenir l’espace des incisives latérales absentes

Paramètres particuliers à prendre en compte Voici quelques aspects importants de la contention dans les cas d’agénésie des incisives latérales...