Le chirurgien-dentiste face à une situation d’urgence médicale

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°26 - 29 juin 2022 (page 62-65)
Information dentaire

Tout chirurgien-dentiste peut être confronté à une urgence médicale et, bien que n’étant pas un professionnel de l’urgence, il doit être capable d’y faire face le plus efficacement possible. Alors, quelle attitude adopter en face d’une urgence médicale ?

Cas clinique

Monsieur X est un grand-père très attentionné. Il passe beaucoup de temps avec ses petits-enfants. Sa femme lui dit souvent qu’à son âge, il ne devrait pas « faire le fou », surtout avec Paul, son petit-fils le plus turbulent. Un jour malheureusement, Paul donne un coup de tête à son papy en jouant au foot et lui fracture deux dents.

Le Docteur Y est son dentiste depuis plus de trente ans. Mais malheureusement, le jour de l’accident, il est en formation et c’est son jeune confrère qui reçoit le patient en urgence. Alors que rien ne le laissait présager, tout ne se passe pas comme prévu. Le patient fait un accident vasculaire cérébral au cabinet. Bien que rapidement pris en charge, le patient a des séquelles et n’est pas certain de pouvoir encore profiter de ses petits enfants de la même façon qu’avant. Cela l’attriste et rend sa femme vindicative. Elle reproche au jeune confrère qui a reçu son mari de ne pas avoir correctement réagi face à l’urgence médicale.

Pour savoir si ce jeune confrère a bien réagi, il faut définir la situation puis rappeler les obligations de moyen et de formation qui lui incombent.

Toujours porter secours

Dans notre exemple clinique, lors de la survenue du malaise, le chirurgien-dentiste a établi un diagnostic et a alerté les secours. Cela fait partie de ses obligations. En effet, « hors le seul cas de force majeure, tout chirurgien-dentiste doit porter secours d’extrême urgence à un patient en danger immédiat si d’autres soins ne peuvent lui être assurés ». Il s’agit de l’application déontologique du Code pénal qui réprime « quiconque s’abstient volontairement de porter à une personne en péril l’assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours » (Article 223-6).

Un chirurgien-dentiste qui s’abstient de porter secours à un patient est passible…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

Article réservé à nos abonnés Le lymphocyte B

L’objectif de cette rubrique est de rédiger la carte d’identité d’un habitant du parodonte. Elle présente l’identité de l’habitant (procaryote...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Soins de support en cancérologie : accompagnement et hygiène bucco-dentaire pendant tous les temps thérapeutiques

Les cancers de la tête et du cou représentent près de 5 % de toutes les tumeurs malignes. En 2018, ils...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Le patient blessé au cabinet dentaire de l’examen à la rédaction du certificat médical initial

L’exercice de la médecine bucco-dentaire impose aux chirurgiens-dentistes des devoirs légaux et déontologiques. Parmi ces obligations, on retrouve l’établissement de...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Manifestations bucco-dentaires des maladies rares

Est qualifiée de maladie rare, une affection qui touche moins d’une personne sur 2 000. Cela représente 3 à 4 millions...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Intelligence artificielle en médecine orale : comprendre les enjeux éthiques et juridiques pour mieux s’y préparer

L’intelligence artificielle : rêve ou réalité dans nos cabinets ? L’intelligence artificielle (IA) représente une véritable révolution dans le domaine biomédical. L’augmentation du volume des données...