Le choix d’une reconstitution corono-radiculaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°23 - 10 juin 2020

1. Radiographie initiale de 21 montrant un traitement endodontique défaillant ainsi que la présence d’un tenon métallique avec amorce de perforation.

Information dentaire
Coordination : Aude Ménard, Adrien Lastrade
La reconstitution corono-radiculaire (RCR) des dents dépulpées est une étape pré-prothétique qui a pour objectif d’assurer l’étanchéité de l’obturation endodontique et le soutien de la future reconstitution prothétique périphérique. Le choix entre reconstitution corono-radiculaire indirecte (inlay-core) et reconstitution par matériaux insérés en phase plastique (RMIPP - tenon fibré/composite) doit se faire en fonction de paramètres cliniques et non par habitude.

Présentation du cas clinique

Une patiente de 18 ans, sans antécédents médicaux, se présente en consultation pour des douleurs à la pression au niveau de la 21. Cette dent a subi quelques mois auparavant un choc violent, qui a nécessité un traitement endodontique en urgence et la réalisation d’une couronne transitoire. L’examen clinique révèle une couronne transitoire à tenon (fig. 1 et 2).

Réflexion thérapeutique

La dépose de la couronne transitoire et du tenon métallique scellé confirme la présence d’un faux canal. Dès ce stade, le choix de la RCR amène une réflexion thérapeutique et s’intéresse à différents paramètres.

Le délabrement

Les structures résiduelles sont habituellement évaluées après préparation périphérique externe, c’est-à-dire après avoir posé l’indication d’une reconstitution prothétique périphérique.

Selon Aboudharam et Laurent en 2001 [1], une RCR est indiquée lorsque les parois dentaires (d’au moins 1 mm d’épaisseur) sont inférieures ou égales à 3.

Aujourd’hui, l’amélioration des matériaux, des techniques de collage et des protocoles d’isolation permet de repousser plus loin ces indications. Sous réserve de la mise en place d’un champ opératoire étanche, les RMIPP sont indiquées lorsqu’on dispose de deux, voire deux parois et demie.

Les inlay-cores sont préférés lorsque plus de la moitié des structures dentaires ont été perdues (donc moins de 2 parois résiduelles) ou que le délabrement est intra-sulculaire et ne permet pas une isolation suffisante.

Dans le cas présent, la structure résiduelle est évaluée à 2 parois vestibulaire et distale d’environ 2 mm de hauteur, les autres mesurant environ 1 mm : le choix d’une RMIPP est possible, sous réserve de pouvoir réaliser la mise en place d’un champ opératoire.

Le cerclage

L’économie tissulaire est la clef de la conservation d’une dent dépulpée…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Endodontie

Article réservé à nos abonnés Pulpite irréversible, du diagnostic au traitement

Responsable scientifique : Maud Guivarc’h Intervenants : Thomas Chiarini, Martin Stalla La pulpe est un tissu conjonctif complexe richement cellularisé et...
Endodontie Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Restaurer ou réhabiliter la dent postérieure dépulpée

Responsable scientifique : Antoine Oudin Conférencier : Hugues de Belenet Le traitement de la dent postérieure dépulpée peut, comme toute problématique...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Gestion de la pulpite irréversible sur dent permanente mature

L’amélioration de la compréhension des mécanismes inflammatoires a remis en question la notion binaire de réversibilité/irréversibilité, car il persiste du...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Optimisation de la désinfection endodontique en une seule séance

La réduction de la charge bactérienne à des niveaux compatibles avec la cicatrisation des tissus péri-radiculaires est l’objectif principal du...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Différentes alternatives thérapeutiques de prise en charge de la dens in dente au travers de trois cas cliniques

La dens in dente ou dens invaginatus constitue une anomalie de développement caractérisée par l’invagination partielle de l’émail dans la...
Endodontie Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés Améliorer l’asepsie en endodontie

Alors que l’endodontie a bénéficié d’innombrables avancées technologiques à chacune des étapes du traitement, le pronostic endodontique n’est pas meilleur...