Le nano-assemblage, parce qu’une image vaut mille mots…

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°1 - 15 mars 2022 (page 85)
Information dentaire

Cette rubrique se propose de présenter à chaque numéro un schéma, un graphique, une vue microscopique… pour expliquer certains comportements des biomatériaux de façon simple et imagée. Le parti pris ici n’est pas d’entrer dans le détail de phénomènes complexes, mais d’avoir une compréhension globale de ces derniers, c’est pourquoi chaque image sera commentée de quelques lignes simplifiées. Pour cette première rubrique, nous présentons le nano-assemblage du 10-MDP.

Les articles faisant mention des adhésifs dits « universels » vantent bien souvent les mérites du nano-assemblage faisant la particularité de ces nouveaux systèmes de collage… mais que signifie ce terme ?

Le 10 méthacryloyloxydécyle dihydrogénophosphate – ou 10-MDP – est un monomère avec potentiel adhésif, présent dans la majorité des nouveaux systèmes adhésifs universels.

Cette molécule se compose d’un groupement phosphate (extrémité hydrophile) se liant à la vitrocéramique, la zircone ou encore le calcium de la dentine par exemple, et d’un groupement ester méthacrylique (extrémité hydrophobe) se liant aux groupements similaires, notamment ceux appartenant à une autre molécule de 10-MDP. Le calcium présent à l’interphase est libéré par la dentine à la suite de sa déminéralisation par l’acidité de l’adhésif : ce phénomène est amplifié par l’action de frottement de l’adhé­sif qui doit donc être une étape indispensable.

Ces propriétés permettent au 10-MDP de s’autoassembler en un réseau tridimensionnel de nano-couches à l’interface adhésif-dent : c’est ce qu’on appelle le « nanolayering » ou nano-assemblage.

Cette nano-couche possède un module d’élasticité plus élevé que celui de la résine adhésive environnante, suggérant ainsi qu’elle contribue à la résistance mécanique des adhésifs et par conséquent à la longévité clinique des liaisons à base de 10-MDP.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Adhésif à base de protéines de moule  : Fonctionnement, application et perspectives en chirurgie dentaire

Le monde du vivant possède plus de quatre milliards d’années d’expérience dans la résolution de problèmes, par nécessité et pour...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Le Polyétheréthercétone ou PEEK : matériau de demain en odontologie ? #1

Le polyétheréthercétone (en anglais Polyetherether­ketone) ou PEEK est un poly(oxy-1,4-phénylène-oxy-1,4-phénylènecarbonyl-1,4-phénylène). Cette dénomination rébarbative correspond tout simplement à un polymère aromatique...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Les antibiotiques en odontologie, bon usage et antibiorésistance… En toute simplicité

Spécialiste qualifiée en chirurgie orale, Julie Guillet est MCU-PH à la faculté d’odontologie de Nancy, responsable du département de chirurgie...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Analyse par éléments finis : point méthodologique

La Méthode des éléments finis (MEF) est une méthode numérique permettant d’approcher la solution d’un problème d’ingénierie complexe (en général...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Les verres bioactifs : des propriétés aux applications cliniques en dentisterie restauratrice et en endodontie

Les verres bioactifs (Bioactive glasses, BAG), comme leur nom l’indique, font partie des matériaux dits « bioactifs ». Depuis leur découverte en...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Quel est le meilleur matériau ? #1

L’or utilisé pour la réalisation d’inlays/onlays a fait la preuve de succès cliniques évidents et d’une excellente biocompatibilité. Cependant, son coût...