Le patient en situation de handicap : est-ce si difficile ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Profession Assistant(e) Dentaire n°5 - 27 novembre 2019 (page 20-26)
Information dentaire
Le terme de handicap renvoie à des situations très différentes.
Pourtant, suivant la terminologie actuelle en matière de soin, les patients en situation de handicap sont regroupés dans la catégorie des personnes dites « à besoins spécifiques ». Comment aborder ces patients, comment adapter son cadre de travail pour permettre de soigner dans des conditions les plus confortables possible, pour le patient comme pour l’équipe soignante ?

Il est généralement admis que l’état bucco-dentaire des personnes en situation de handicap est moins bon que celui de la population standard, avec un indice CAO (comptabilisation du nombre de dents adultes cariées, absentes et obturées d’un individu) plus important, essentiellement lié à un plus grand nombre de dents permanentes absentes à âge égal. D’où la nécessité de pratiquer des soins conservateurs précoces, afin d’éviter les extractions.

Dans un premier temps, il conviendra d’évaluer les répercussions possibles du handicap sur le maintien d’une hygiène correcte, seul ou avec l’aide d’une tierce personne, ainsi que sur la possibilité d’accès aux soins. Le praticien devra ensuite adapter son plan de traitement en fonction des possibilités d’accès à la personne (communication) et à la cavité orale (coopération), tout en évaluant la balance bénéfice/risque pour son patient.

Dans tous les cas, il s’agit surtout de faire preuve de bon sens et d’empathie. Les patients handicapés doivent être soignés comme les autres, mais il faudra peut-être se montrer encore plus attentif et bienveillant, tout en restant conscient de ses propres limites. Le rôle de l’assistant(e) dentaire est essentiel dans l’accompagnement de patients où les déficiences sont sources d’incapacités qui peuvent interférer avec les soins.

De qui parle-t-on ?

Cela semble évident, sauf quand il faut le définir précisément. D’après l’article 14 de la loi du 11 février 2005, « constitue un handicap, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. »

Mais le handicap est aussi d’appréciation subjective comme le montre…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Santé publique

Article réservé à nos abonnés Effets du sel sur la santé : évidences et controverses

Les relations entre le sel et la santé sont ambivalentes, comme souvent en nutrition. Le sodium, cation du chlorure de...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Effets des politiques de santé publique sur l’intérêt porté aux cancers oraux par la population européenne

Santé Publique Orale Bien que sa désignation soit entrée de façon aussi soudaine et intense qu’inattendue dans le langage usuel...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Reconnaître un avc au cabinet dentaire

La survenue d’un AVC constitue une véritable urgence. La connaissance des premiers signes permet de réagir au plus vite car...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Connaissances, attitudes et pratiques de la tabacologie chez les chirurgiens-dentistes en France

Le tabac est la première cause de décès évitable en France : 78 000 décès par an sont imputables à des pathologies...