Les 4 critères d’une « bonne évaluation »

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°2 - 30 octobre 2019
Information dentaire
Lorsque je corrige une copie, la note que j’attribue dépend-elle seulement de la pertinence de la réponse à ma question, ou bien aussi de la qualité de l’écriture de l’étudiant(e), de l’orthographe et de la syntaxe, de l’organisation de la copie (titres et sous-titres soulignés ou pas, en couleurs ou pas…) ?

Dans l’article précédent [1], j’ai tenté de définir ce que l’on peut appeler une « bonne évaluation » au regard de la conception que l’on se fait des apprentissages des étudiants.
Cependant, au-delà de ces aspects conceptuels, il existe d’autres critères qui doivent être pris en compte pour définir une « bonne évaluation ».

Ce sont :
– la validité ;
– la fidélité ;
– l’objectivité ;
– la faisabilité.

La validité

La méthode que j’ai choisie (ou que l’on m’a imposée) permet-elle réellement d’évaluer ce que je souhaite évaluer ?

Quelques exemples :

  • Est-ce que le cas clinique proposé pour le CSCT est suffisamment contextualisé pour correspondre à une situation réelle, ou bien est-il une simple compilation de faits ou d’informations ?
  • Est-ce que les situations de simulation auxquelles je confronte les étudiants pour les évaluer en TP sont suffisamment valides pour estimer leur capacité à prendre des décisions dans des situations cliniques réelles ?

Les QCM (questions à choix multiples) peuvent présenter un haut niveau de validité pour évaluer des connaissances déclaratives, mais un très faible niveau de validité pour évaluer le raisonnement de l’étudiant.

La première tâche est donc de vérifier que l’outil d’évaluation est bien cohérent avec l’intention et le niveau visé.

On peut s’aider d’outils appelés « taxonomies ». Deux ont été proposées et sont très utilisées : celle de Bloom et celle de Miller.
Bloom [2] identifie trois domaines : cognitif, psycho-affectif et psychomoteur, et trois niveaux renvoyant à l’usage de différents outils d’évaluation (tableau 1).

Le niveau 1, dans le domaine cognitif, consiste à mémoriser des connaissances. Les QCM ou les QROC (questions à réponses ouvertes courtes) présentent un bon niveau de validité dans ce cas.
Le niveau 2 nécessite plutôt des cas cliniques « progressifs »…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Les substituts osseux en odontologie – Partie 2 – Classification

Les greffes osseuses L’inclusion des greffes dans la classification des biomatériaux est liée à leurs capacités de remplacement des tissus...
Biomatériaux CFAO

La céramique infiltrée de polymère (PICN) pour des connexions implantaires esthétiques à embase titane : un biomatériau d’avenir en CFAO

Une réhabilitation prothétique implantoportée est très différente d’une restauration dentoportée. En effet, celle-ci nécessite la superposition et l’assemblage de plusieurs...