Les 4 points clés du collage dentinaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 juin 2020 (page 48-50)

Fig. 1 - Échec de collage lingual des six attaches antérieures (courtoisie Dr Christine Muller).

Information dentaire
Le collage sur l’émail n’a plus de secret en orthodontie, mais ce n’est pas le cas du collage sur la dentine. Or, il existe des situations cliniques où nous appliquons le protocole de collage sur l’émail, alors que nous collons sur la dentine. Cela peut expliquer des échecs comme dans le cas clinique suivant .

Le collage sur l’émail n’a plus de secret en orthodontie, mais ce n’est pas le cas du collage sur la dentine. Or, il existe des situations cliniques où nous appliquons le protocole de collage sur l’émail, alors que nous collons sur la dentine. Cela peut expliquer des échecs comme dans le cas clinique suivant .

Dans le cadre d’un collage indirect en lingual, six verrous orthodontiques antérieurs sont restés dans la gouttière de transfert (fig. 1). Les prémolaires et molaires ont pourtant été bien collées, alors que le protocole est identique. Comment peut-on expliquer cet échec ?

Dans un contexte général où la patiente de 45 ans a des séquelles dentaires d’une anorexie adolescente, il faut s’habituer à bien observer les surfaces dentaires sur lesquelles nous collons. Ici on peut noter de larges plages dentinaires. C’est donc un protocole de collage sur la dentine qu’il aurait fallu appliquer dans ce contexte.

Voici, en quatre temps, les points clés pour optimiser l’adhésion aux substrats dentinaires en orthodontie vestibulaire ou linguale.

Savoir distinguer la dentine érodée en phase active de la dentine érodée en phase inactive ou sclérotique

La dentine érodée en phase active, jaune claire (fig. 2), est caractérisée par une déminéralisation péritubulaire et intertubulaire. Ainsi, la surface expose des fibres de collagène difficilement infiltrables par l’adhésif [1].

La dentine érodée en phase inactive est colorée et sclérotique (fig. 3). Il s’agit d’une réponse physiologique du complexe pulpo-dentinaire au vieillissement et aux agressions « lentes ». Le mécanisme de défense du complexe pulpo-dentinaire induit une formation minéralisée au sein de la dentine, oblitérant les tubuli et constituant une couche hyperminéralisée épaisse de 14 µ de cristaux d’hydroxyapatites à sa surface [2].

Fraiser la couche superficielle

Dans les deux cas, il est nécessaire…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Débaguage et polissage

Questions Quelles sont les étapes du nettoyage ? Quels sont les risques pour l’émail lors du débaguage ? Existe-t-il une...
ODF

Article réservé à nos abonnés Le sens du geste : Les gouttières d’éclaircissement dentaire

Il faut souvent bien des mots pour expliquer une technique, un tour de main ou un geste clinique. Pourtant, l’observation...
ODF

Article réservé à nos abonnés la fabrication des fils de contention en collage indirect

Dans un premier temps, les empreintes sont coulées avec du plâtre blanc, taillées jusqu’aux premières molaires, et identifiées, au crayon...
ODF

Article réservé à nos abonnés La normalisation des fonctions : condition de la stabilité des traitements orthodontiques

Les fonctions oro-faciales regroupent la mastication, la ventilation, la posture et la fonction linguale, les tics et parafonctions (comme la...
ODF

Article réservé à nos abonnés La BD, un outil percutant en orthodontie

Le 24 avril, Jour 39, la FFO nous envoie… Vingt-et-une pages de recommandations ! J‘établis une liste des consignes à...
ODF Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Enfant patient parodontal

L’enfant est-il à risque de maladie parodontale ? Il existe une susceptibilité plus faible au développement de l’inflammation gingivale chez...