Les anomalies dentinaires diagnostiquez précocement 

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 20-26)
Information dentaire
Rares, mais de prise en charge longue et souvent complexe, les anomalies dentinaires isolées regroupent plusieurs formes cliniques qui auraient une étiologie génétique commune.

Teinte opalescente grise à jaune ambrée, couronnes globuleuses, calcifications intra-pulpaires, racines fines et courtes, attrition précoce, nécrose aseptique… Ces anomalies cliniques et radiographiques décrivent le tableau de la dentinogenèse imparfaite (DI) isolée de type 2. Cette anomalie génétique à transmission autosomique dominante est liée à un défaut de DSPP, gène de la sialophosphoprotéine dentinaire [1, 2]. Des anomalies dentinaires similaires résultent également de mutations de ce gène. Les avancées en recherche génétique tendent à réunir ces pathologies sous une même étiologie.

Un diagnostic précoce est primordial, car il existe aussi une forme associée à une anomalie osseuse, l’ostéogenèse imparfaite. Le chirurgien-dentiste est donc au premier plan pour dépister ces anomalies et limiter dès le plus jeune âge leurs conséquences infectieuses, fonctionnelles et esthétiques.

Diagnostic clinique

Shield [3] a proposé en 1973 une classification fondée sur des différences phénotypiques. Il distingue les anomalies dentinaires isolées des anomalies dentinaires syndromiques (tableaux 1 et  2).

Diagnostic génétique

Cliniquement, certains cas peuvent présenter des caractéristiques appartenant à plusieurs sous-groupes de la classification de Shield, rendant le diagnostic précis difficile [20, 21]. Cette classification est donc obsolète depuis les progrès des analyses moléculaires du génome.

L’analyse génétique montre que les phénotypes de ces anomalies dentinaires isolées résultent de mutations du gène de la DSPP. Ce gène, porté par le bras long du chromosome 4, code pour une protéine secrétée par les odontoblastes et les pré-améloblastes. Elle est également présente dans le cément et l’os…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Perte des incisives temporaires maxillaires : faut-il les remplacer ?

La littérature relative à la prise en charge de la perte précoce de dents temporaires est généralement abordée en considérant...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Gestion atypique d’une agénésie de prémolaires

Présentation du patient En 2013, un jeune patient de 16 ans est adressé au cabinet par le spécialiste qualifié en...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés La recherche en odontologie, un nouvel enjeu étudiant !

Depuis plusieurs années maintenant, l’UNECD s’est intéressée à la recherche scientifique et l’a incorporée à ses nombreux champs d’action. La...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Réflexes nauséeux : une approche différente avec l’hypnose

Le travail du chirurgien-dentiste peut être à l’origine, ou tout au moins aggraver ces réactions spontanées, souvent incontrôlables, que sont...