Les biofilms buccaux, de véritables couffins pour les habitants du parodonte

  • Par
  • Publié le . Paru dans Parodontologie Implantologie Orale, un nouveau regard n°2 - 15 novembre 2021 (page 34-37)
Information dentaire
Chez l’homme, le microbiote buccal est très complexe et diversifié. Les bactéries prédominent et sont nombreuses. Elles s’organisent en biofilm. Le biofilm est une structure hydratée qui se forme sur les épithéliums des différentes muqueuses buccales et sur la surface des dents. Dans ce premier article de la rubrique « Regard sur les habitants du parodonte », nous visitons l’habitat principal du microbiote buccal : le biofilm buccal.

L’objectif de cette rubrique est de rédiger la carte d’identité d’un habitant du parodonte. Elle présente l’identité de l’habitant (procaryote ou eucaryote), son rôle, son habitat et toute autre caractéristique, y compris la pathogénie si elle existe. L’iconographie va du macroscopique au microscopique, voire ultra-microscopique.

Identité

Nom : biofilm

Date d’observation microscopique : année 1970

Parenté : XVIIe siècle, Van Leeuwenhoek voit les « animalcules » présents à la surface de ses dents

Faux nom ou surnom : plaque dentaire

Composition : micro-organismes du microbiote buccal, salive, fluide gingiVal, matrice extracellulaire

Domicile : cavité buccale

L’habitat du biofilm

La cavité buccale présente une variété unique de surfaces baignées dans les fluides buccaux. Chacune des surfaces buccales constitue un habitat différent pour le biofilm. Les habitats peuvent être l’épithélium buccal, les surfaces dentaires supra-gingivales ou l’espace sous-gingival. Chacun de ces habitats a sa propre architecture, son propre état de surface, son propre micro-environnement et sa propre dynamique. Aussi, chacun héberge des bactéries d’espèces différentes, avec des besoins nutritifs différents et, surtout, des facteurs d’adhésion et de colonisation différents.

L’épithélium du plafond de la cavité buccale avec le palais est fortement kératinisé, tandis qu’il est non kératinisé au niveau du plancher de la bouche et des versants endo-buccaux des lèvres. Les murs, représentés par la face interne des joues, sont également recouverts d’un épithélium non kératinisé, lequel a un renouvellement cellulaire plus rapide que les autres épithéliums de la cavité buccale. À ce niveau, les bactéries, regroupées en petites colonies, sont vite dégluties avec la desquamation des cellules épithéliales (fig. 1). En revanche, des bactéries qui sont logées dans les cryptes du dos de la langue…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Métastases gingivales : l’examen anatomopathologique est déterminant !

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 21 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion de la gencive mandibulaire...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Lésions palatines atypiques

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 90 ans adressé par son chirurgien-dentiste traitant pour une lésion palatine d’apparition...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés À propos de douleurs linguales atypiques

Rubrique coordonnée par Guy Princ 1. Au vu de l’anamnèse et de l’examen clinique, quel(s) diagnostic(s) vous semble(nt) le(s) plus probable(s)...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Les ulcérations peuvent être d’origine infectieuse, inflammatoire, traumatique ou tumorale

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 23 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion douloureuse sur la langue....
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Gingivite à plasmocytes : entité pathologique ou inflammation gingivale réactionnelle non spécifique ?

Anamnèse/Histoire de la maladie Une patiente de 34 ans est adressée en consultation parodontale en février 2023 dans l’Unité de...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Carcinome épidermoïde buccal : dogme des limites de l’exérèse

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 75 ans adressé par son dentiste traitant pour une lésion suspecte du...