Les composites en monocouche ou bulk-fill

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°2 - 30 septembre 2016 (page 37-43)
Information dentaire
Les composites bulk-fill représentent une nouvelle catégorie de matériaux d’obturation, qui s’inscrit dans une stratégie de simplification de la procédure et de diminution du temps d’application dans le cadre des restaurations postérieures.
Aujourd’hui, plus de douze produits appartiennent à cette catégorie et ont certaines particularités.

Partie I - Composition, particularités et classification

Les résines composites et les systèmes adhésifs ont révolutionné le domaine de la dentisterie restauratrice en ce qui concerne l’esthétique et la conservation de la substance dentaire, ce qui en fait actuellement les matériaux les plus utilisés en techniques directes tant au niveau du secteur antérieur que postérieur. Tous les ans, plus de 500 millions de restaurations directes sont posées, dont 261 millions en composite [1]. La technique de stratification par couches de composites ne dépassant pas 2 mm est la plus utilisée pour les restaurations postérieures en composite. Lors de la réalisation d’une restauration postérieure en composite, le chirurgien-dentiste doit faire face à plusieurs problèmes liés au matériau et à la technique tels que l’adaptation du composite au fond de la cavité, la gestion des contraintes liées à la rétraction de polymérisation du matériau, l’obtention d’un bon point de contact et la polymérisation adéquate du composite. En sachant que la profondeur moyenne d’une cavité proximale postérieure peut atteindre 7 mm [2], l’obturation de la cavité peut parfois se révéler une tâche fastidieuse.

Le concept de remplissage en monocouche, ou bulk-fill, n’est pas récent. Pendant longtemps, les chirurgiens-dentistes ont manifesté un intérêt pour une technique d’obturation en masse permettant de réduire la durée du traitement ainsi que la rétraction de polymérisation. Plusieurs techniques et systèmes, y compris les composites condensables, dits « packable », ont été testés depuis, mais, jusqu’à présent, aucun n’a montré de résultats satisfaisants [3-5]. Un matériau à base de silorane a même été utilisé, mais sans vraiment faire preuve d’un meilleur comportement clinique que les composites à base de méthacrylate [6].
La mise sur le marché, il y a environ cinq ans, de composites qu’il est théoriquement possible de mettre en place en monocouche de 4 mm, dits…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Un article, une application clinique

La prise en charge de lésions cervicales d’origine non carieuse est fréquemment envisagée par la réalisation d’une restauration adhésive par...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Prétraitements de surface de la zircone : où en sommes-nous ?

Les prétraitements de surface de la zircone sont connus pour être indispensables dans l’amélioration de l’efficacité du collage de cette...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Éléments finis : application à la forme de préparation des facettes

Les facettes en céramique, initialement réservées aux traitements esthétiques, se sont progressivement positionnées comme option thérapeutique en prothèse fixée. Ces...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Analyse par éléments finis : application de la méthode à un choix thérapeutique #2

La méthode des éléments finis est une méthode numérique permettant de résoudre des problèmes d’ingénierie complexe par une discrétisation spatiale...
Biomatériaux Endodontie

Article réservé à nos abonnés Apports des biomatériaux dans la gestion des perforations endodontiques

Perforation supra-osseuse (fig. 1) Les perforations supra-crestales sont la plupart du temps iatrogéniques et surviennent lors de la réalisation de la...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Les réparations des restaurations coronaires défectueuses sur dents permanentes vitales

En 2017, la Fédération dentaire internationale (FDI) rappelait, après un premier document datant de 2000, dans une déclaration de principe,...