Les concentrés plaquettaires en chirurgie orale

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°1 - 15 mars 2020 (page 18-24)
Information dentaire
La complexité de la régénération tissulaire en odontologie a conduit à l’utilisation de molécules bioactives naturellement retrouvées dans la nature : les facteurs de croissance (VEGF, EGF, TGF-ß…). Cependant, l’implantation de telles protéines d’origine exogène est limitée par le cadre réglementaire. Les plaquettes étant une source alternative intéressante de facteurs de croissance chez l’Homme, l’utilisation des dérivés plaquettaires autologues a connu un essor considérable depuis une vingtaine d’années. Le PRP (plasma riche en plaquettes) et le PRF (plasma riche en fibrine), obtenus par centrifugations de prélèvements sanguins et bien connus en odontologie, ne sont pas les deux seuls dérivés plaquettaires qui existent. D’autres sont apparus plus récemment grâce à des modifications dans les protocoles de conception. Certains comme le plasma riche en facteurs de croissance (PRFC) sont utilisables cliniquement, d’autres sont encore utilisés seulement dans le domaine de la recherche (le lysat plaquettaire notamment). Cet article présente les principaux concentrés plaquettaires, leurs modalités de production ainsi que les perspectives qu’ils offrent dans le domaine de la régénération tissulaire, notamment en chirurgie orale.

Quand la biologie et les matériaux ne font qu’un

La préservation et la régénération des volumes osseux sont des problématiques quotidiennes pour le chirurgien-­dentiste. Les pathologies orales conduisent à une destruction tissulaire qui concerne aussi bien les tissus durs que les tissus mous, ce qui constitue un enjeu majeur de reconstruction et de régénération. L’émail dentaire et la dentine peuvent être détruits par la carie [1], mais l’os alvéolaire peut aussi être touché [2,3] et le niveau gingival réduit également en cas de parodontite. La compétition entre les différents types cellulaires pour occuper le site [4], ainsi que la présence d’un grand nombre de bactéries [5,6] dans la cavité orale, compliquent d’autant plus le processus de cicatrisation que le patient peut aussi présenter un système immunitaire affaibli [6].

Dans sa pratique, notamment en chirurgie parodontale, préimplantaire et préprothétique, le chirurgien-dentiste dispose de différents biomatériaux qu’il peut greffer sur les sites touchés [7,8]. Les substituts osseux vont être utilisés dans les procédures de reconstitution du volume osseux alvéolaire, mais les résultats sont inconstants et dépendent du métabolisme et de l’état de santé propre à chaque patient [7,9,10]. Si les substituts osseux permettent donc de répondre en partie à cette problématique, l’utilisation de produits bioactifs en vue de stimuler les mécanismes d’ostéogenèse endogènes de l’hôte sans l’ajout de biomatériaux représente une alternative intéressante.

Les produits bioactifs dérivés du sang peuvent être isolés et/ou mis en forme à partir d’un simple prélèvement sanguin. Ils peuvent n’être constitués que d’une seule molécule, comme les immunoglobulines [11] ou l’albumine [12], ou d’une partie entière de l’échantillon sanguin [13]. La richesse du tissu sanguin en éléments cellulaires, et surtout protéiques (parmi eux, des facteurs de croissance, des cytokines…), offre des perspectives…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés Autotransplantation une alternative thérapeutique pérenne

Situation clinique initiale Lina, 8 ans et 5 mois, nous est adressée en consultation d’orthodontie dans le service de médecine...
Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés Chirurgie des fistules bucco-sinusiennes

Principe L’intervention doit associer trois éléments : curetage de la fistule avec ablation de l’épithélium cicatrisé ; drainage d’une sinusite...
Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés Échec du traitement d’une sinusite chronique maxillaire

Observation Il n’a pas de plainte olfactive (absence de cacosmie) ni de signes d’hyperactivité nasale. Il n’y a aucun antécédent...
Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés Langue framboisée chez l’enfant

La pandémie à SARS-CoV-2 (Covid-19) s’est accompagnée d’une augmentation de l’incidence des cas de syndrome de Kawasaki, relançant le débat...
Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés Intérêt et indication de l’implantation simultanée lors de comblements sous-sinusiens par voie latérale

La méthode Dans les cas de résorption sévère des secteurs postérieurs maxillaires, une hauteur crestale résiduelle très faible ne permet...
Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés Syndrome d’apnées obstructives du sommeil et chirurgie

Tous les patients souffrant de SAOS ne peuvent bénéficier d’une solution chirurgicale ; une sélection rigoureuse est nécessaire afin d’obtenir un...