Les empreintes en prothèse implantaire fixe

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°4 - 30 septembre 2018 (page 305-315)
Information dentaire
Quelles sont les différentes méthodes d’empreintes en prothèse fixe implantaire ?
Quels sont les avantages et difficultés de chacune d’elles ?
Quels sont les moyens proposés pour améliorer la précision de ces empreintes ?
L’implantologie a pris un essor remarquable depuis une décennie, essor passant du stade de discipline de quelques spécialistes à un usage en omnipratique, sous réserve d’une formation adéquate. Pour le moins s’agissant de la prothèse implantaire, la phase chirurgicale nécessitant un plateau technique et des connaissances accrues.

La réalisation de prothèses implantoportées, présente quelques spécificités par rapport à la prothèse dentoportée « traditionnelle ». En effet, pour la prothèse fixée, il s’agit avant tout d’enregistrer la situation du ou des implant(s) ; leur morphologie étant connue puisque standardisée et reproduite à l’aide d’analogues implantaires ou de piliers.
Il ne s’agit donc pas de reproduire une anatomie unique, de définir une limite de préparation, sauf bien sûr des dents adjacentes et des tissus ostéomuqueux voisins [1].
Cette empreinte nécessite le plus souvent l’emploi d’un transfert d’empreinte spécifique à la référence de l’implant précédemment posé, mais s’affranchit d’éviction gingivale. Il s’agit d’une étape fondamentale pour assurer la passivité des suprastructures prothétiques, garantes de la pérennité des restaurations [2-4].

Cet article propose de faire le point sur les techniques disponibles, certaines astuces/tours de main permettant d’en améliorer la précision.

Prérequis

Avant de pouvoir enregistrer l’empreinte d’un ou plusieurs implants, il convient de s’assurer que l’ostéo intégration est bien acquise. Le délai peut varier en fonction de la situation anatomique et des conditions cliniques, en particulier s’il s’agit d’un os natif ou résultant d’une greffe ou d’un comblement à l’aide d’un biomatériau.
La cicatrisation et la stabilité des tissus mous péri-implantaires sont fondamentales, tant pour le contour des implants (hauteur, profil d’émergence) que pour les sites édentés adjacents (qui recevront par exemple un pontique…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés La prothèse fixée implantaire : scellée ou vissée ?

La prothèse scellée Le scellement de restaurations sur des piliers implantaires demeure une solution très intéressante (fig. 1). Cette technique reprend...
Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation totale fixée maxillaire en contexte crestal très déficient

Les patients totalement édentés au maxillaire peuvent souhaiter une prothèse fixe plutôt qu’une prothèse amovible. Malheureusement, le volume osseux peut...
Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Prothèse fixée plurale ou implantaire : j’extrais, je comble ?

Après extraction d’une dent, il se met en place trois types de phénomènes. Tout d’abord, à court terme se déclenche...
Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Prothèse fixée implantaire : scellement ou vissage ?

En odontologie, s’il existe certains sujets à discussion, nul doute que celui-ci en fait partie [1] ! Les habitudes de...