Les facettes en céramique : les clés du succès – Partie 1

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°2 - 15 octobre 2018 (page 58-67)
Information dentaire

De l’analyse esthétique initiale à la prise d’empreinte et à la réalisation des restaurations provisoires

La demande esthétique croissante des patients se traduit par une augmentation du nombre de consultations ayant pour objectif la réhabilitation du sourire. Les facettes en céramique, qui appartiennent à la famille des restaurations adhésives en céramique (RAC), font partie de l’arsenal thérapeutique du praticien et permettent de répondre à de nombreuses problématiques : dents réfractaires au blanchiment, corrections de forme, fractures coronaires étendues, usures… [1-3]. Ce type de restauration est fiable et durable [4,5], mais pour obtenir des résultats pérennes, certaines règles sont incontournables. L’une des plus fondamentales s’inscrit dans une philosophie minimalement invasive qui consiste à conserver le maximum de surface amélaire pour optimiser le collage [6-9]. Le collage dentinaire, même s’il obtient des valeurs d’adhérence initiale presque équivalentes au collage amélaire, pose en effet le problème de la dégradation hydrolytique de l’adhésif [10, 11].

Cet article, consacré aux étapes partant de l’analyse esthétique initiale jusqu’à la prise d’empreinte et la réalisation des restaurations provisoires, présente 14 tours de main.

1. Des aides optiques indispensables

Dans la dentisterie restauratrice moderne, les aides optiques sont indispensables. Pour de faibles grossissements, le système Galilée est suffisant (fig. 1a), alors qu’au-delà de x3, le système optique Kepler est recommandé, car il développe moins de distorsions périphériques [12]. Les trois photos intrabuccales ci-dessus montrent la différence d’échelle de travail entre une vision normale (fig. 1b), une vision avec un grossissement de 2,5 (fig. 1c), et une vision avec un grossissement très fort de 5 (fig. 1d). Si l’appréciation esthétique doit se faire sans aide optique pour garder une perception globale, certains actes comme la réalisation de lignes de finition juxta-gingivales avec des fraises de micro-dentisterie nécessitent…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Le protocole e_LAB : les étapes clés

Le relevé de la couleur en dentisterie esthétique peut être considéré comme un challenge que ce soit pour le dentiste...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés La prothèse fixée transitoire en technique additive

Réalisée à la suite d’une démarche analytique, la prothèse transitoire est souvent considérée comme une restauration définitive confectionnée à l’aide...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation occlusale par CFAO à l’aide de composites usinables

La conception et fabrication assistée par ordinateur (CFAO) a été longtemps considérée comme un outil. C’était à nous d’adapter cet...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation esthétique d’un adolescent polycarié : discussion autour des méthodes et matériaux utilisés

Les résines composites sont aujourd’hui largement utilisées en restauration dentaire par technique directe. Les propriétés mécaniques de ces matériaux, ainsi...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés L’endocouronne : état des données actuelles

La restauration des dents traitées endodontiquement et ayant subi une perte de substance importante demeure un défi à relever. Ce...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés L’obturation canalaire avec une nouvelle famille de biomatériaux… en toute simplicité (partie 2)

STÉPHANE SIMON Professeur des Universités (Paris Santé), exercice libéral limité à l’endodontie. Grand leader d’opinion et d’enseignement en endondontie, Stéphane...