• Écrit par

Les facettes en céramique : les clés du succès – Partie 2

Télécharger la formation
Information dentaire

La Revue

L’innovation au cœur de la profession
2 numéros par an

Abonnez-vous

À partir de différentes situations cliniques, cet article présente un certain nombre de tours de main utilisés pour optimiser la pratique quotidienne des facettes en céramique. Pour être le plus fidèle possible à l’esprit de la rubrique « trucs et astuces » de BMC, une description très précise des matériaux et matériels utilisés a été effectuée. Cette deuxième partie est consacrée aux étapes allant de l’essayage des facettes jusqu’à leur collage et leurs finitions marginale et occlusale. Elle présente 15 tours de main.

De l’essayage au collage et aux finitions marginale et occlusale

Dans les cas de facettes comme dans toute réalisation prothétique antérieure, il est indispensable de fournir au laboratoire un dossier complet sur la forme et la couleur souhaitées, assorti des éléments nécessaires aux réglages des déterminants fonctionnels. Ainsi, les macrophotographies des dents de référence, un portrait du patient, des moulages des prothèses provisoires ou des masques lui sont systématiquement transmis dans le cadre des restaurations céramiques antérieures [1]. De plus, pour les facettes dont le comportement optique est semi-translucide, le laboratoire a besoin de connaître la couleur du support [2]. Elle peut faire l’objet d’un relevé de couleur à partir de teintiers spécifiques [3].

La première partie de cet article a été consacrée à des tours de main sur les facettes, en partant de l’analyse esthétique initiale jusqu’à la prise d’empreinte et à la réalisation des restaurations provisoires [4]. Après la fabrication des facettes par le prothésiste, cette partie s’intéresse à la deuxième séance clinique. Il ne s’agit en aucun cas d’un exposé chrono­logique de toutes les étapes des traitements de surface, d’assemblage et de finition des facettes, mais simplement de présenter 15 « trucs et astuces » allant de l’essayage au collage et aux finitions marginale et occlusale.

1. savoir contrôler la précision d’ajustage

Après réception du travail réalisé par le prothésiste, un premier contrôle des facettes se fait sur le modèle de travail et sur son doublon (modèle non séparé avec conservation de la gencive en plâtre) (fig. 1a). Il s’agit de vérifier à ce stade la précision d’ajustage des limites et des points de contact proximaux ainsi que l’occlusion, laquelle n’est pas contrôlable en bouche avant le collage. Chaque pièce sera également examinée unitairement pour s’assurer qu’elle ne présente pas de fêlure. La plupart des défauts sont…

Les commentaires sont fermés.