Les fractures radiculaires des dents permanentes

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 26-31)
Information dentaire
Lors de fractures radiculaires, il est essentiel de poser un diagnostic correct afin de mettre en place un traitement d’urgence approprié, de décider ou non d’une contention et, ainsi, d’obtenir le meilleur pronostic.

Les fractures radiculaires représentent 0,5 à 7 % des traumatismes en denture permanente. On les observe surtout chez les sujets entre 11 et 20 ans, avec une atteinte plus fréquente des incisives centrales maxillaires qui sont le plus souvent matures. Ces traumatismes des tissus durs se caractérisent par une rupture de la racine [1] et résultent le plus souvent d’un choc horizontal. Les processus de réparation sont complexes, le traumatisme intéressant l’os, le parodonte et le tissu pulpaire [2]. Dans des circonstances traumatiques identiques, les dents immatures, du fait de la laxité du desmodonte et de la moindre minéralisation osseuse, présentent plus d’accidents de type luxation ou expulsion. Leur classification, de même que leur sévérité, dépendent de la situation du trait de fracture sur la racine (tiers apical, tiers moyen ou tiers cervical) et du degré de déplacement du fragment coronaire [1]. Il est essentiel de poser un diagnostic correct, afin de mettre en place un traitement d’urgence adéquat, de décider ou non d’une contention et ainsi obtenir le meilleur pronostic.

Démarche diagnostique

Selon les recommandations de l’InternationalAssociation of Dental Traumatology (IADT) [3], le diagnostic de fracture radiculaire horizontale se fait sur les signes cliniques et sur l’examen radiographique.

Signes cliniques

À l’examen clinique, le fragment coronaire peut être mobile, déplacé(fig. 1 et 2) et présenter une dyschromie transitoire de la couronne. Dès lors, un certain nombre de tests complémentaires s’impose.

La mobilité. Le degré de mobilité dépend de la situation du trait de fracture [4]. Plus la situation est coronaire, plus la mobilité est importante. Lorsque le trait de fracture est situé au tiers apical, la mobilité peut être physiologique et souvent, dans ce cas, la fracture radiculaire est mise en évidence lors de l’examen radiographique.

Le…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Bridge collé cantilever : pour une optimisation muco-gingivale de l’intégration esthétique

Le bridge collé cantilever représente une thérapeutique de choix dans le cadre de la prise en charge de l’édentement unitaire...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés La prophylaxie dentaire individuelle. Facile et accessible

Plus d’un an après les premiers confinements, les praticiens font face aux conséquences de la pandémie de Covid-19 sur la...